mis à jour le

Ali Anouzla / © Lakome
Ali Anouzla / © Lakome

Maroc: un journaliste interpellé pour avoir diffusé un message d'Aqmi

Le patron du site d'information Lakome arrêté pour avoir relayé une incitation au terrorisme et à la violence.

Ali Anouzla, directeur de la section arabophone du site d’information marocain Lakome a été interpellé mercredi 17 septembre sur ordre du parquet général, rapporte l’AFP. La police judiciaire a arrêté le journaliste dans les locaux de la rédaction à Rabat et a procédé à une saisie des ordinateurs appartenant aux membres de la rédaction, ajoute l’AFP.

Selon un communiqué du procureur de la cour d’appel de Rabat, Ali Anouzla est interpellé «suite à la diffusion par le journal électronique d'une vidéo attribuée à Aqmi, comprenant un appel clair et une incitation directe à commettre des actes terroristes».

Le site Lakome a en effet publié samedi 14 septembre un lien vers une vidéo mise en ligne par al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), intitulée «Maroc: le royaume de la corruption et du despotisme». Ce montage de 40 minutes fustige le régime marocain et attaque violemment la personne du roi Mohammed VI. La vidéo a depuis été supprimée par Youtube pour non-respect des règles en matière de «violence», précise l’AFP. 

Le site d’information estime que la décision du procureur est injuste. Dans un article publié après l’arrestation du directeur de publication, Lakome affirme que ses versions arabophone et francophone «ont précisé dès le départ qu'il s'agit d'une vidéo de propagande et ne prennent à aucun moment partie pour les terroristes d'Aqmi».

Et le site de rappeler que d’autres médias internationaux ont déjà diffusé des vidéos d’Aqmi sur leurs propres pages, comme le Huffington Post, ou ont publié des liens vers des contenus terroristes, comme L’Express ou LCI en mai 2013, en l’occurrence un message d’Aqmi appelant les musulmans à attaquer les intérêts français.

Ali Anouzla a déjà été poursuivi par la justice pour avoir diffusé de «fausses informations» sur la santé du roi en 2009 ou sur des heurts meurtriers à Fès en juin 2013, précise Lakome. Apprenant que cette dernière nouvelle était fausse, le site avait supprimé l’article et publié des articles.

Dans une interview accordée aux sites indépendants Goud.ma et Febrayer.com, Ali Anouzla avait dénoncé une campagne de dénigrement à son encontre menée par les services marocains, ajoute encore Lakome.

Selon le quotidien espagnol El País, Ali Anouzla est considéré comme l’un des journalistes marocains les plus indépendants du pays.

Lu sur AFP, Lakome et El País

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée  En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales 

lakome

Libertés

Mohammed VI a fait pire que son père

Mohammed VI a fait pire que son père

Affaire Ali Anouzla

Internet va sauver la presse marocaine

Internet va sauver la presse marocaine

LNT

Affaire Lakome  La mise au point d’El Khalfi

Affaire Lakome La mise au point d’El Khalfi

journaliste

AFP

RDC: libération d'une journaliste après quatre jours de détention

RDC: libération d'une journaliste après quatre jours de détention

AFP

Kinshasa: un journaliste relâché après six heures de détention

Kinshasa: un journaliste relâché après six heures de détention

AFP

RDC: l'Unesco condamne l'assassinat d'un journaliste congolais

RDC: l'Unesco condamne l'assassinat d'un journaliste congolais

arrestation

AFP

Ethiopie: arrestation d'une figure historique de l'opposition

Ethiopie: arrestation d'une figure historique de l'opposition

AFP

RDC: arrestation d'un militant pro-démocratie accusé d' "espionnage" par la police

RDC: arrestation d'un militant pro-démocratie accusé d' "espionnage" par la police

AFP

RDC: arrestation d'un dirigeant de la formation historique de l'opposition

RDC: arrestation d'un dirigeant de la formation historique de l'opposition