mis à jour le

Maroc: hausse des prix de l'essence

Le gouvernement islamiste au Maroc a mis en ½uvre lundi une mesure d'indexation "partielle" et "limitée" des prix des carburants, entraînant une hausse immédiate à la pompe, dans le cadre des efforts visant à contenir le déficit public, a-t-on appris de source officielle.

Cette hausse est de 0,69 dirham (environ 6 centimes d'euro) pour le gazole (environ 8%) et 0,59 dirham (environ 5 centimes d'euro) pour l'essence (près de 5%), selon la même source.

Surtout, les prix de l'essence, du gazole et du fioul industriel seront désormais réévalués mensuellement: si la fluctuation des prix du baril de brut est comprise entre - et +2,5% sur les deux derniers mois, ils demeureront inchangés. Dans le cas contraire, l'évolution des cours sera directement répercutée à la pompe.

Par cette mesure, le gouvernement entend limiter l'impact des variations des cours mondiaux sur les finances publiques, alors que la subvention des produits pétroliers représente un gouffre financier pour le royaume: elle constitue près de 90% du coût total de la caisse de compensation qui a atteint près de 55 milliards de dirhams (6,6 milliards de dollars US) en 2012.

"S'il n'y avait pas ces dépenses (de compensation), le déficit budgétaire serait de l'ordre de 0,5%" contre plus de 7% en 2012, a lui-même souligné le ministre en charge de la réforme (Affaires générales et gouvernance), Najib Boulif, lors d'une récente rencontre avec quelques médias dont l'AFP.

Dans le budget 2013, le montant alloué à la compensation a été fixé à 40 milliards de dirhams (4,8 milliards de dollars), sur la base d'un baril à 105 dollars, et cette enveloppe risquait à nouveau d'être insuffisante, entraînant un nouveau dérapage du déficit.

Validée le mois dernier par le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, la nouvelle mesure d'indexation s'avère très sensible socialement, et les autorités ont pris soin de souligner qu'elle était "partielle" --elle ne concerne pas tous les produits pétroliers-- et "limitée".

Une assurance a ainsi été souscrite dans le cas d'une envolée des prix du baril. Au-delà d'un certain seuil --vraisemblablement 115-120 dollars--, celle-ci "prendra en charge la différence", a noté M. Boulif.

"Des mesures d'accompagnement" sont aussi prévues pour les professionnels, afin de ne pas entraîner une hausse généralisée des prix (via les coûts de transport, ndlr).

En juin 2012, le gouvernement avait décidé d'une première hausse des prix des carburants, mais celle-ci s'était avérée insuffisante pour juguler le déficit.

AFP

Ses derniers articles: Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle  Ghana: dernière ligne droite avant la présidentielle  RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice 

prix

AFP

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

AFP

Rwanda: un programme de médicaments à «prix abordables»

Rwanda: un programme de médicaments à «prix abordables»

AFP

Le Guinéen Soul Bang's Prix Découvertes RFI 2016

Le Guinéen Soul Bang's Prix Découvertes RFI 2016