mis à jour le

Le Rwanda élit ses députés, le FPR vainqueur attendu

Les Rwandais ont commencé à élire leurs députés lundi, dans un scrutin qui devrait conforter l'hégémonie du Front patriotique rwandais (FPR) du président Paul Kagame, au pouvoir depuis la fin du génocide en 1994.

Les 15.000 bureaux de vote répartis à travers le pays ont ouvert à 07H00 (05H00 GMT) sous un grand soleil. Ils devraient fermer à 15H00 (13H00 GMT). Quelque six millions de personnes sont appelées aux urnes, pour départager 410 candidats répartis sur quatre listes -- en plus d'une poignée de candidats indépendants.

La campagne, marquée dans ses derniers jours par le décès de deux personnes dans l'explosion de grenades, a suscité peu d'intérêt. Mais une participation très élevée est attendue, les citoyens étant habituellement fortement incités à voter par les autorités locales.

Dans les rues de Kigali, des voitures munies de hauts-parleurs appelaient les électeurs à ne pas oublier leurs cartes.

Dans le quartier Kimihurura de la capitale, environ 200 personnes attendaient en début de matinée de pouvoir voter dans les locaux d'une école, dans le calme.

"J'ai 20 ans, c'est la première fois que je vote, donc c'est important", a indiqué à l'AFP Sandrine, jeune vendeuse de téléphones portables, dans un autre bureau de vote de Kigali. "Je suis venue tôt pour pouvoir aller travailler".

L'école où doit voter le président Kagame a été placée sous haute sécurité : un chien renifleur surveillait les lieux, également équipés d'un portique détecteur de métal.

Lors des législatives de 2008, la participation s'était élevée à 98,5%, et pour la présidentielle de 2010, à 97,5%.

Lundi, 53 sièges seront attribués au suffrage universel direct - sur un total de 80 - dans un scrutin à la proportionnelle. Un minimum de 5% des voix est exigé pour entrer à la Chambre.

Vingt-sept autres membres de la Chambre des députés -- 24 femmes, deux représentants des jeunes et un des handicapés - seront ensuite élus au suffrage indirect par des collèges et conseils locaux et nationaux mardi et mercredi.

Le FPR emmène une coalition comprenant quatre autres petits partis. En face, le Parti libéral (PL), le Parti social-démocrate (PSD) et le PS-Imberakuri tenteront de grappiller quelques sièges, avec des chances extrêmement limitées de remettre en cause l'hégémonie du parti du président Kagame, estiment les analystes.

Le FPR et ses alliés détenaient 42 des 53 sièges attribués au suffrage direct dans la précédente Chambre basse du Parlement bicaméral, la seule du monde à être majoritairement féminine (56,3%). Les députés issus du suffrage indirect sont aussi traditionnellement réputés favorables au pouvoir.

La spectaculaire transformation du pays depuis 20 ans, son incontestable réussite économique et la forte éradication de la corruption sont largement attribuées à la politique du président Kagame.

Dévasté et traumatisé lorsque les rebelles du FPR prirent le pouvoir en 1994, mettant fin à un génocide qui venait de faire environ 800.000 morts essentiellement dans la minorité tutsi, le Rwanda a enregistré ces dernières années la croissance la plus forte d'Afrique de l'Est.

Mais détracteurs du régime et observateurs dénoncent un multipartisme de façade, l'absence de liberté d'expression et surtout une réconciliation en trompe l'oeil entre la majorité hutu et la minorité tutsi au pouvoir.

PL, PSD et PS-Imberakuri sont qualifiés par de nombreux analystes de formations-satellites servant de faire-valoir au FPR, présent à tous les échelons administratifs de la société rwandaise.

Le PL et le PSD avaient soutenu Paul Kagame à la présidentielle de 2003 avant de présenter leurs propres candidats sept ans plus tard, ce qui n'avait pas empêché sa réélection triomphale avec 93% des voix.

Quant au PS-Imberakuri, dont l'ex-président est emprisonné depuis 2010 pour atteinte à la sûreté de l'Etat et "divisionnisme", il est soupçonné d'avoir été phagocyté par des partisans du FPR, ce dont il se défend.

Si 11 partis sont officiellement enregistrés au Rwanda, l'opposition virulente au régime Kagame est en exil ou non homologuée.

Les Forces démocratiques unifiées (FDU), non reconnues légalement et dont la présidente Victoire Ingabire est emprisonnée notamment pour conspiration contre l'Etat, ont qualifié le scrutin de "mascarade".

AFP

Ses derniers articles: Chelsea: le Nigérian Victor Moses prolonge deux ans  Le nord du Burkina, zone d'action d'Ansarul Islam  République tchèque: le Togolais Francis Koné a fait taire les supporteurs racistes 

Rwanda

AFP

Le Rwanda enterre Kigeli V, le dernier roi du pays

Le Rwanda enterre Kigeli V, le dernier roi du pays

AFP

Non-lieu en France dans une enquête sur le génocide au Rwanda

Non-lieu en France dans une enquête sur le génocide au Rwanda

AFP

RD Congo: 33 ex-rebelles hutu rapatriés au Rwanda depuis janvier

RD Congo: 33 ex-rebelles hutu rapatriés au Rwanda depuis janvier

FPR

Alertes

Est-il le Mohamed Bouazizi du Rwanda?

Est-il le Mohamed Bouazizi du Rwanda?

AFP

Législatives au Rwanda: une Chambre dominée par les femmes et le FPR

Législatives au Rwanda: une Chambre dominée par les femmes et le FPR

Vote

Législatives sans suspense au Rwanda

Législatives sans suspense au Rwanda

vainqueur

AFP

CAN: excellente opération du Sénégal, vainqueur de la Tunisie

CAN: excellente opération du Sénégal, vainqueur de la Tunisie

AFP

Présidentielle en Gambie: avance réduite pour le vainqueur Barrow

Présidentielle en Gambie: avance réduite pour le vainqueur Barrow

AFP

Le journaliste vainqueur du prix Peter Mackler espère que le Burundi "puisse être guéri"

Le journaliste vainqueur du prix Peter Mackler espère que le Burundi "puisse être guéri"