mis à jour le

Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a reçu dimanche 15 septembre , le rapport des enquêteurs onusiens concernant l’utilisation présumée d’armes chimiques en Syrie, a affirmé dimanche à New York aux journalistes, le porte-parole de l’ONU, Martin Nesirky.

« Le rapport réalisé par la Mission des Nations Unies d’enquête sur les allégations d’utilisation d’armes chimiques en République arabe de Syrie a été soumis au secrétaire général », a affirmé M. Nesirky dans un e-mail envoyé aux médias.

« Il a été transmis aujourd’hui, le 15 septembre, au secrétaire général par le professeur Ake Sellstrom, chef de la mission, et le secrétaire général le transférera aux Etats membres demain matin », a précisé le porte-parole.

« Lundi matin, le secrétaire général informera le Conseil de sécurité des Nations Unies du contenu du rapport au cours de leurs consultations à huis-clos », a ajouté le porte-parole.

Accord Américano-Russe

Avec l’accord conclu entre Washington et Moscou sur un échéancier initial de destruction ou de déplacement des armes chimiques de Syrie, les efforts visant à désamorcer la crise des armes chimiques ont été ramenés dans le droit chemin.
L’accord, conclu samedi par le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov après de longues discussions à Genève, a également ravivé l’espoir d’une solution politique ultime à la question des armes chimiques en Syrie.

L’accord américano-russe stipule « une liste complète » des armes chimiques de Syrie, une inspection internationale d’ici novembre et, surtout, la destruction ou le déplacement des armes chimiques d’ici la mi-2014.

La percée diplomatique a réduit la probabilité d’une action militaire américaine dans l’immédiat, et l’inspection de l’ONU proposée, si menée de manière harmonieuse et conclue par des résultats largement reconnus, aura une influence positive à long terme qui s’étend bien au-delà du Moyen-Orient.

Cependant, des nuages d’incertitude enveloppent l’affaire. Et des inquiétudes concernant le processus imminent de mise en oeuvre persistent. L’accord américano-russe, comme l’a dit M. Lavrov, n’était que « le début », alors qu’aux dires de de M. Kerry, la mise en oeuvre de l’accord constitue « un chemin difficile à parcourir ».

D’une part, bien que l’accord ne prévoit pas d’options militaires, il n’exclut pas la possibilité d’une intervention militaire. D’autre part, la situation volatile en Syrie pourrait encore entraver, voire stopper la mise en oeuvre de l’accord.

En d’autres termes, la crise syrienne à deux facettes, une guerre civile en cours et la menace d’une intervention militaire étrangère, laisse présager une route cahoteuse dans la mise en oeuvre de l’accord.

En Syrie, il y a peu de signes que les choses changent pour le mieux. L’opposition en exil et son aile armée ont rejeté l’accord américano-russe et se sont déclarés déterminés à lutter contre les troupes gouvernementales.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a décrit la crise syrienne comme le plus grand défi humanitaire à la paix et à la sécurité mondiales à l’heure actuelle, et plusieurs pays semblent convenir que toute intervention étrangère unilatérale, quel qu’en soit le prétexte ou la méthode utilisée, ne fera qu’aggraver la crise.

L’accord américano-russe est un bon début, et la communauté internationale doit aider à garder cette bonne dynamique et aider l’ONU à faciliter un règlement politique pour faire disparaître l’épée de Damoclès qui menace le peuple syrien.

La Syrie s’engage à respecter l’accord 

Le ministre syrien de l’Information Omrane al-Zohbi a souligné dimanche l’engagement de son pays à appliquer l’accord russo-américain conclu la veille pour s’assurer du démontage de l’arsenal chimique de la Syrie.

La Syrie s’engagera à respecter l’accord pour déplacer son arsenal chimique dès que cet accord sera entériné par l’ONU, a déclaré dimanche al-Zohbi dans une interview avec des médias occidentaux, dont des extraits ont été repris par la chaîne de télévision libanaise Al-Manar.

A cette occasion, il a ajouté que son gouvernement avait commencé à préparer une liste comptabilisant les armes. « Nous avons commencé à certifier nos documents, nous faisons notre travail, et nous ne perdons pas de temps, » aurait dit al-Zohbi.

La Syrie mettra en oeuvre le plan russo-américain « quand il deviendra plus tangible » par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, a-t-il indiqué. Le ministre a par ailleurs assuré que son pays faciliterait la mission des inspecteurs des armes chimiques telle qu’elle a été définie entre Washington et Moscou.

Samedi, Les Etats-Unis et la Russie sont parvenus à Genève à un accord cadre pour éliminer les armes chimiques syriennes. Selon cet accord, des inspecteurs internationaux se rendront en Syrie avant novembre. La destruction ou le déplacement des armes chimiques devront être achevés avant le milieu de l’année prochaine.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

ban

AFP

Ghana: au ban de la société, des athées déclarent "leur existence"

Ghana: au ban de la société, des athées déclarent "leur existence"

AFP

Mali: appel de Ban Ki-moon

Mali: appel de Ban Ki-moon

AFP

Le Soudan du Sud est "au bord du gouffre", avertit Ban Ki-moon

Le Soudan du Sud est "au bord du gouffre", avertit Ban Ki-moon

rapport

AFP

Boko Haram: le rapport complexe des femmes avec leurs ravisseurs

Boko Haram: le rapport complexe des femmes avec leurs ravisseurs

AFP

Corruption au Nigeria: nouveau rapport accablant contre Shell

Corruption au Nigeria: nouveau rapport accablant contre Shell

AFP

Réélection de Bongo au Gabon: un rapport de l'UE pointe des "anomalies"

Réélection de Bongo au Gabon: un rapport de l'UE pointe des "anomalies"

L’ONU

AFP

RDC: la mission de l’ONU pilonne des positions de présumés rebelles ougandais

RDC: la mission de l’ONU pilonne des positions de présumés rebelles ougandais

LNT

Christopher Ross fait son rapport au Conseil de Sécurité de l’ONU

Christopher Ross fait son rapport au Conseil de Sécurité de l’ONU

Neila Latrous

L’Arabie Saoudite refuse d’entrer au Conseil de Sécurité de l’ONU

L’Arabie Saoudite refuse d’entrer au Conseil de Sécurité de l’ONU