mis à jour le

Journée africaine de la technologie et de la propriété intellectuelle : PRIORITE A LA DIVERSIFICATION DE L’ECONOMIE

La création de nouvelles sources de valeurs permettrait à notre continent de cesser d'être un partenaire passif du commerce mondial

C'est au cours de sa 35ème session ordinaire tenue à Alger le 14 juillet 1999 que le Conseil des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) a retenu le 13 septembre, comme date anniversaire de l'Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) et comme « Journée africaine de la technologie et de la propriété intellectuelle ». Il s'agissait pour l'organisation panafricaine de rappeler chaque année aux Africains l'importance que revêtent la technologie et la propriété intellectuelle pour le développement de leur continent.

La journée ainsi instituée permet aux opérateurs économiques africains de mieux cerner l'importance de leurs activités sur le plan national et international. Elle encourage les utilisateurs potentiels des systèmes de la propriété intellectuelle à tirer profit des instruments juridiques que ces systèmes mettent à leur disposition pour se protéger et jouir du fruit de leurs activités. Elle se propose également d'inciter les chercheurs africains à valoriser les résultats de leurs recherches, à moderniser les techniques traditionnelles africaines et à domestiquer les techniques modernes étrangères. La journée a enfin comme objectif d'inciter les investisseurs nationaux à s'intéresser au secteur de l'industrie manufacturière et culturelle.

La date de la commémoration de la Journée a été respectée la semaine dernière par le ministère de l'Industrie et des Mines. Celui-ci a, à travers le Centre malien de promotion de la propriété industrielle (CEMAPI), organisé vendredi une journée de réflexion sur le thème « La technologie et la propriété intellectuelle, facteurs de diversification de l'économie ». La cérémonie d'ouverture qui s'est déroulée dans l'enceinte du Centre était présidée par Adama Sy, conseiller technique au département de l'Industrie et des mines, en présence de la Directrice du CEMAPI, Mme Konaté Sountou Diawara et de Charles Molinier, conseiller en propriété industrielle.

« Le thème de cette année, cadre parfaitement avec l'ambition affichée par nombre d'Etats du continent qui visent, à moyen et long termes, l'émergence économique », a souligné le représentant du ministre de l'Industrie et des Mines, Adama Sy. Pour lui, l'Afrique demeure un partenaire passif du commerce mondial, exposé aux aléas de la conjoncture et vulnérable aux chocs extérieurs. Elle n'a d'autre choix que d'aller vers la diversification de l'économie qui devrait se traduire concrètement par la création de nouvelles sources de valeur. Ces dernières peuvent être obtenus à partir de la transformation des ressources locales ou tout simplement par la célébration de la qualité de certains de nos produits à l'échelle internationale. « En concevant une stratégie basée sur la promotion de micros, de petites et moyennes entreprises capables de tirer profit des potentiels existantes, l'emploi des jeunes pourrait être stimulé en quantité et en qualité », a expliqué le conseiller technique. 

Durant la journée, le directeur adjoint du CEMAPI, Sidi Mohamed Touré et Charles Molinier ont fait des communications sur le Centre, sa mission et ses perspectives et sur la propriété intellectuelle, facteur de diversification de l'économie. Le CEMAPI, structure nationale chargée de l'administration de la propriété industrielle dans notre pays, est aussi la structure nationale de liaison avec l'Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) qui regroupe 16 Etats. Il vise à assurer la protection des titres de propriété industrielle, à encourager la créativité et le transfert de technologie par l'utilisation du système de la propriété industrielle. Elle met aussi en ½uvre des programmes efficaces de formation et de sensibilisation à l'intention des utilisateurs potentiels du système de la propriété industrielle.

Aminata Dindi SISSOKO  

 

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

technologie

Technologie

INFOGRAPHIE. L'Afrique est toujours plus gaga de smartphones

INFOGRAPHIE. L'Afrique est toujours plus gaga de smartphones

Innovations

Les 5 inventions qui vont nous changer la vie

Les 5 inventions qui vont nous changer la vie

tech

Pourquoi Internet coûte si cher en Algérie

Pourquoi Internet coûte si cher en Algérie

propriété

AFP

La justice sud-africaine statue sur le scandale de la propriété de Zuma

La justice sud-africaine statue sur le scandale de la propriété de Zuma

AFP

Afrique du Sud: éclaircissements réclamés sur les travaux de la propriété de Zuma

Afrique du Sud: éclaircissements réclamés sur les travaux de la propriété de Zuma

La rédaction

Revue de presse

Revue de presse