mis à jour le

Iba Der Thiam s’inquiète de l’avenir des boulangeries traditionnelles

Le député du peuple s'inquiète de l'avenir des boulangeries traditionnelles. Menacées de disparition, la réforme sur la modernisation des boulangeries au Sénégal aurait dû mieux prendre en charge la situation des boulangeries traditionnelles, explique le professeur Thiam dans une lettre adressée au gouvernement. «Un dispositif approprié aurait dû être mis en place, afin que ces dernières ne soient pas, purement et simplement, placées dans l'incapacité légale d'exercer leurs fonctions, en attendant que ceux qui officient dans ces boulangeries (...) soient en situation de prendre en charge le sens et la portée de la réforme introduite, sans que cela n'entraine des conséquences sociales regrettables», a précisé Iba Der Thiam. A l'heure actuelle, poursuit-il, 100 boulangeries traditionnelles sont réparties dans la seule région de Dakar, chacune d'elles employant 30 hommes et 15 femmes, soit 45 employés, pour la confection et la distribution du pain, soient 3000 hommes et 1 500 femmes, qui entretiennent, à leur tour, 4 à 5 personnes, en moyenne, dont le total varie entre 18 000 à 22 500 personnes. Il s'en suivrait, prévient-il, un véritable drame social, si tout ce monde était jeté dans la rue, au moment où le gouvernement a engagé la bataille visant à réduire la pauvreté et à promouvoir l'emploi. C'est pourquoi, il propose un mécanisme permettant aux boulangeries traditionnelles, de se moderniser progressivement, plutôt que de les interdire brutalement par des moyens détournés.