mis à jour le

Présidence d’Ibrahim Boubacar Keïta : L’heure n’est pas

Mahamadou TRAORE Mussolini

Le Mali sort d'une situation très difficile poussant les Maliennes et les Maliens à l'impatience. C'est normal. Cependant, chacune et chacun doit garder son sang froid pour observer le nouveau gouvernement mis en place. Puisqu'il est trop tôt de tirer sur la sonnette d'alarme.

Ayant massivement voté pour le changement, les Maliennes et les Maliens ont placé leur confiance à El Hadj Ibrahim Boubacar Kéïta pour l'honneur du Mali et le bonheur de chacune et de chacun et de tout le peuple malien. Cette confiance ne doit pas être galvaudée mais plutôt consolidée, soutenue pour qu'il puisse réussir la mission à lui confiée. Ne soyons donc pas des mange-mils mais des bienfaiteurs. Bien que le temps presse, il est bon pour nous d'être des sentinelles mais de bonne foi. Afin que notre pays sorte de l'abîme et retrouve sa place dans le gotha des grandes Nations.

Sachant que c'est en connaissance de cause que nous avions choisi cet homme, alors ce gouvernement d'Oumar Tatam Ly n'est autre que l'apanage de la vérité, de la réussite et du bon sens d'un homme de poigne qu'est IBK.

Descendant des grands guerriers de l'empire Mandingue, saura-t-il faire comme ses aïeux?

Certainement que oui ! Car de 1992 à nos jours, ce natif de Koutiala a montré ses preuves partout où il est passé. De la présidence de la République à la primature et enfin à l'hémicycle de Bagadadji, IBK a triomphé. Malgré les embûches et les trahisons.

Président de la République avec plus de 77% des suffrages, il a une lourde tâche. Il s'agit d'abord de circonscrire au culte de la personnalité dans un pays où chacun est roi. Se battre pour une répartition équitable de la richesse du pays et lutter farouchement contre l'impunité, la corruption qui gangrène le moteur de l'Etat. «Dieu, le Mali, ma conscience» ou El Hadj IBK doit en premier lieu rétablir l'autorité de l'Etat.

Le chantier étant immense, l'heure n'est pas à la critique mais plutôt à la vigilance et à la patience. Car la patience est un chemin d'or. L'homme, IBK, choisi par les Maliens n'est pas un apatride, il est plutôt un patriote convaincu.

Alors, en choisissant un jeune comme Premier ministre Oumar Tatam Ly (OTL) (49 ans), il met la balle dans le camp de la jeunesse, fer de lance de la société. C'est désormais à elle de répondre aux attentes d'un peuple désabusé.
C'est conscient de cette responsabilité qu'OTL a fait ce choix judicieux d'un gouvernement de mission. Il s'agit de la panacée d'hommes et de femmes (âgés de plus de 50 ans) expérimentés et de jeunes loups d'expérience aux yeux ouverts. Un seul objectif est alors visé, faire RENAITRE LE MALI. Et In Challahou, cela se fera !
Source : L'Annonce Mahamadou TRAORE Mussolini pour Maliweb.net

présidence

AFP

Obiang Nguema, une présidence sans partage en Guinée équatoriale

Obiang Nguema, une présidence sans partage en Guinée équatoriale

AFP

Ouganda: suppression de la limite d'âge pour la présidence

Ouganda: suppression de la limite d'âge pour la présidence

AFP

Afrique du Sud: les temps forts de la présidence Zuma

Afrique du Sud: les temps forts de la présidence Zuma

critique

AFP

Mozambique: le gouvernement critiqué après l'agression d'un journaliste en vue

Mozambique: le gouvernement critiqué après l'agression d'un journaliste en vue

AFP

Troubles en Tunisie: le président Essebsi critique la presse étrangère

Troubles en Tunisie: le président Essebsi critique la presse étrangère

AFP

Kinshasa: tirs de sommation près de la cathédrale après une messe critique envers le pouvoir

Kinshasa: tirs de sommation près de la cathédrale après une messe critique envers le pouvoir