mis à jour le

Autant le dire… : Ah, ce

S'il y a un mot qui est en vogue actuellement dans le langage des Burkinabé, c'est « Sénat ». Dans les familles, « Sénat » ; dans les gargotes « Sénat » ; dans les bureaux « Sénat », et même dans les rues, partout, « Sénat ». Ah, ce pauvre Sénat ! Malheureusement, tous ceux qui parlent de ce Sénat ne savent pas en réalité ce que c'est. Même ceux qu'on n'imagine pas.

En effet, depuis que les réformes politiques l'ont inscrit dans l'agenda politique national, et que l'opposition s'est rendue compte qu'elle pouvait en faire un « fonds de commerce...politique », on n'a plus eu la paix. C'est donc cette opposition qui tire trop la corde ? Sans doute, alors que tout était parti pour se dérouler normalement. Point consensuel sorti des Cadres de concertations sur les réformes politiques (CCRP), des concertations régionales et des assises nationales, le Sénat n'est donc pas sorti du néant comme voudraient le faire croire certains anti-Sénat. Pourquoi donc focalise-t-il tant les réflexions sur lui, ce Sénat, comme s'il n'y avait plus de questions importantes à régler ici au Faso ?

C'est bientôt la rentrée des classes, tant dans le primaire, au secondaire que dans le supérieur. Aussi, parents d'élèves et d'étudiants sont encore en train de « s'arracher les cheveux » pour remplir leur devoir : inscrire leurs enfants à l'école ou à l'université et espérer qu'il réussisse pour leur « soulager le dos » plus tard*. C'est donc une période cruciale pour tous. Si ceux qui le peuvent encore courent dans les banques pour s'octroyer un prêt scolaire, ceux qui ne le peuvent pas trouvent d'autres moyens tout en souscrivant à des dettes.

Aux sorties sur nos axes principaux, des élèves et leurs mamans continuent d'attendre d'hypothétiques propriétaires de champs pour labourer dans leurs plantations afin de réunir le maximum d'argent et faire face aux exigences de la rentrée des classes : frais de scolarité, tenues et fournitures scolaires, ou un moyen de déplacement pour ceux qui habitent assez loin de leur école. Dans les campagnes, ce sont les quelques cabris, caprins, porcins et autres poulets qui « ont survécu » qu'on vend, quand il y a des acheteurs, pour faire face aux responsabilités de parents d'élèves. Ainsi va la rentrée des classes.

Quant aux paysans, surtout ceux qui ont débuté la saison des pluies assez tardivement parce que le ciel n'a pas ouvert assez tôt ses vannes, ils continuent de scruter l'horizon pour que la saison se prolonge quelque peu. Afin qu'à son terme, ils puissent récolter plus de grains afin de pourvoir aux besoins de leurs familles. Car, c'est dans la terre et dans le ciel aussi, que se trouvent leurs revenus.

Ces deux exemples ne suffisent pas sans doute, mais à eux seuls, ils peuvent représenter les préoccupations réelles du plus grand nombre de Burkinabé qui n'ont cure du Sénat. Parce qu'ils savent pertinemment que ce Sénat-là soit installé ou opérationnalisé (c'est selon) ou pas du tout, rien ne changera dans leur vécu quotidien. C'est dans un tel contexte que seulement quelques Burkinabè des villes de Ouagadougou, de Bobo-Dioulasso et de villes secondaires comme Ouahigouya, Koudougou, etc. nous rebattent tous les jours les oreilles avec leur affaire de Sénat. Oubliant que la majorité des Burkinabé ont d'autres préoccupations. Pendant que nous y sommes, dites que l'Assemblée nationale est budgétivore, que le gouvernement est budgétivore, que le chef de file de l'opposition est budgétivore, que les prisons sont budgétivores, que les élections sont budgétivores,...que tout est budgétivore et inapproprié. Qu'on arrête tout et puis, on a la paix !

*Expression en langue dioula qui veut dire « aider »

Dabaoué Audrianne KANI

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

sénat

AFP

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

AFP

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine

AFP

Burundi: le Sénat saisit la Cour constitutionnelle sur la légalité d'un 3e mandat du président

Burundi: le Sénat saisit la Cour constitutionnelle sur la légalité d'un 3e mandat du président