mis à jour le

La lutte contre le trafic d’armes, une priorité

C'est jeudi en fin de matinée que les travaux de la 22e conférence régionale Afrique d'Interpol ont pris fin avec l'adoption d'une série de recommandations internes, mais aussi d'une déclaration commune remise à la presse. Oran. De notre envoyée spéciale   Réunis depuis mardi dernier à Oran, les représentants des polices d'une quarantaine de pays africains et une dizaine d'organisations ont mis en place un plan d'action, pour lutter contre la criminalité et le terrorisme, propre aux polices africaines, basé surtout sur le recours «intensif» au réseau de données sur les activités criminelles mis en place par Interpol. Ce plan consiste à «aider les chefs de la police de la région à détecter les nouvelles formes de criminalité, à identifier leurs auteurs et les combattre efficacement». Les participants à cette conférence ont, par ailleurs, appelé au renforcement de la sécurité aux frontières afin de «soutenir la lutte antiterroriste en Afrique grâce aux outils et services opérationnels d'Interpol» ; ils ont «encouragé les bureaux centraux nationaux (BCN) d'Interpol à enregistrer, dans le système de gestion des données sur les armes illicites et leur traçage, des informations sur des armes à feu connues ayant été perdues, volées ou faisant l'objet de trafic ou de contrebande». Il est également précisé que les participants à la conférence ont recommandé l'intensification de la lutte contre le trafic de stupéfiants dans la région en «incitant les BCN à communiquer les informations qu'ils détiennent sur les trafiquants de drogue recherchés ou présumés afin de faciliter la détection et le démantèlement des réseaux criminels». Intervenant à l'issue de ces travaux, le directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, a lui aussi exhorté ses homologues africains à conjuguer leurs efforts en matière de lutte contre la criminalité et le crime organisé, tant sur le plan technique qu'opérationnel, pour mettre fin à ces fléaux. «De notre rencontre, il est apparu que nous sommes confrontés aux mêmes menaces et aux mêmes formes de criminalité. Nous sommes appelés, par conséquent, à conjuguer davantage nos efforts, à accroître nos échanges et intensifier notre coopération policière sur les plans technique et opérationnel (...). La stratégie d'Interpol pour l'Afrique 2014-2016 et son plan d'action peuvent constituer le référent approprié à même de répondre dans une large mesure aux préoccupations respectives de ses membres», a noté le patron de la police algérienne. A leur sortie, de nombreux délégués ont salué «la réussite» des travaux de cette conférence, qui s'est tenue à un moment où de nombreux pays africains sont confrontés à la criminalité organisée et au terrorisme. Le prochain rendez-vous - la 23e conférence - se tiendra au Congo, un pays représenté à Oran par son directeur de la police judiciaire, le colonel Jean Kouni Okogna, qui a, en marge des travaux, exprimé son souhait de «voir se concrétiser la création d'une organisation africaine de la police criminelle (Afripol) à l'instar d'Europol (Europe)». Mme Ballestrazzi a indiqué à la presse, en marge des travaux de la 22e conférence régionale africaine d'Interpol, que l'Algérie est «mieux dotée en moyens de lutte contre ce phénomène que d'autres pays dans la région», ajoutant qu'«Interpol se fixe comme priorité d'assister les pays africains les moins pourvus en moyens techniques». Mais entre les v½ux et la réalité, il y a un monde. L'obstacle qui retarderait, pour ne pas dire empêcherait la réalisation d'un tel projet (Afripol) est cette pauvreté qui touche une grande partie des pays africains et qui reste la source de tous les fléaux. Le directeur de la police judiciaire et chef du BCN d'Alger, Abdelkader Bouhadba, a bien expliqué cette situation : «Vous pouvez avoir toute la technologie possible, le passeport biométrique, le réseau de données d'Interpol, etc., mais que pouvez-vous faire avec un service de police africain qui ne dispose même pas d'équipement informatique faute de moyens ?»  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

lutte

AFP

En Tunisie, Gabès, ville "victime", lutte contre la pollution industrielle

En Tunisie, Gabès, ville "victime", lutte contre la pollution industrielle

AFP

Le Ghana lance une lutte féroce contre les mines d'or illégales

Le Ghana lance une lutte féroce contre les mines d'or illégales

AFP

Jeux de la Francophonie: le Sénégal fait le show en lutte africaine

Jeux de la Francophonie: le Sénégal fait le show en lutte africaine

trafic

AFP

Égypte: arrestation de 12 membres d'un réseau de trafic d'organes

Égypte: arrestation de 12 membres d'un réseau de trafic d'organes

AFP

Ouganda: enquête Fifa pour trafic de billets contre le président de la Fédération

Ouganda: enquête Fifa pour trafic de billets contre le président de la Fédération

AFP

A Agadez, au Niger, l'interdiction du trafic des migrants passe mal

A Agadez, au Niger, l'interdiction du trafic des migrants passe mal