mis à jour le

Notre voisin algérien et nous

Par Boubaker Ben Fraj
A un jour d'intervalle, le Président algérien Abdelaziz Bouteflika, à peine remis de sa lente convalescence, reçoit à Alger, successivement Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste Ennahdha  , et Béji Caid Essebsi, ancien premier ministre et leader du parti Nida Tounes ; deux personnalités clés qui dirigent les deux partis prépondérants dans la scène politique tunisienne : le premier au pouvoir et le second, chef de file de la coalition de l'opposition.
Ghannouchi et Essebsi disent, sans convaincre personne, s'être précipités à Alger avant tout, pour s'enquérir courtoisement et fraternellement de la santé de Bouteflika, et pour le féliciter de la récente reprise de ses activité.
Quant aux communiqués officiels, supposés rapporter tant la teneur des longues entrevues avec le Président algérien, que celle des réunions préparatoires confidentielles avec les hauts dignitaires de son gouvernement , ils sont, comme on devait s'y attendre, formulés en des termes généraux, conventionnels et diplomatiques, qui laissent transparaitre très peu de choses d'un côté, sur les véritables tenants et aboutissants de ces deux visites , et de l'autre, sur le contenu des discussions qui ont eu lieu, entre Bouteflika et ses deux hôtes.
Mais, secret de Polichinelle, les commentaires fusent, et tous les observateurs tant tunisiens, qu'algériens et internationaux, savent par la force des choses, que cette rapide escapade algéroise à un jour près, des deux principaux adversaires politiques du moment, n'est nullement de l'ordre des coïncidences.
Tous le monde sait aussi, que le premier objet de ces deux visites, organisées à l'initiative des autorités algériennes à leur plus haut niveau, n'est autre que la recherche d'une issue rapide à l'impasse politique qui bloque aujourd'hui notre pays, et d'une fin au bras de fer, qui perdure entre le pouvoir en place de la Troïka ( dominée par les islamiste ), et l'opposition.
Une impasse, qui risque, aux yeux des Algériens si elle persiste, de compromettre la stabilité politique de la Tunisie, et de compliquer gravement et durablement une situation sécuritaire devenue, après tout ce qui est arrivé, trop alarmante.
Alarmante; non seulement pour les tunisiens, mais aussi pour les responsables algériens ; eux qui savent mieux que quiconque, que les groupes armés, étroitement liés à Al-Qaïda dans le Maghreb islamique « AQMI », qui ont réussi à la faveur du relâchement sécuritaire qui a suivi la chute du régime Ben Ali à prendre pied en territoire tunisien, à un jet de pierre de chez eux, ne reconnaissent pas de frontières et n'en font aucun cas. Et de ce fait, ces groupes jihadistes aguerris comptent, au cas où ils parviennent à élargir ou à pérenniser leur présence en Tunisie, constituer une rallonge stratégique et un renfort opérationnel de taille, pour les groupes combattants de la même allégeance, quid infestent depuis deux décennies, et encore aujourd'hui, le territoire algérien lui-même.

Aussi, les Algériens, qui semblent ces derniers temps aléatoirement rassurés du côté de leur frontière Sud avec le Mali, ont-ils du même coup, les raisons sérieuses de s'inquiéter de la détérioration dramatique de la situation sécuritaire dans notre pays, notamment le long d'une frontière commune, longue d'un millier de kilomètres, qu'ils savent de part et d'autre, trop perméable, difficilement contrôlable ; et qui s'apprête bien, tant aux infiltrations des hommes que des armes, sans parler des trafics de toutes sortes, qui leurs servent de terreau et de source de financement. Longue frontière commune, enchevêtrée, souvent montagneuse, peuplée et boisée, qu'il est très difficile, sinon impossible de maîtriser militairement, quels que soient les moyens que l'Etat algérien serait en mesure de mobiliser et les sacrifices qu'il serait obligé de consentir.
C'est donc la raison essentielle, voire l'urgence, qui a pressé nos voisins algériens au cours de ces derniers jours, à ouvrir les canaux les plus courts, les plus directs et les plus rapides, du dialogue avec les deux principaux protagonistes de la scène politique tunisienne. Ils veulent avant tout parer autant que faire se peut, aux menaces réelles qui pèsent sur leur propre sécurité, à partir de la Tunisie et à cause de ce qui passe chez nous.
Nos voisins de l'Ouest seraient, en prenant cette initiative de dialogue, beaucoup plus soucieux d'écarter l'incendie de leur propre demeure, ou au moins d'en diminuer les risques, que motivés par une volonté délibérée d'ingérence dans nos affaires intérieures ; une volonté d' ingérence improbable guidée par une arrière pensée hégémonique, et qui serait pour l'Algérie elle-même, autant que pour la Tunisie, une aventure aux conséquences hasardeuses, dont ni l'un ni l'autre des deux pays voisins, n'est actuellement en mesure d'engager, ou d'en d'assumer le prix et les conséquences .
Cessons alors d'établir à la va-vite des comparaisons entre des incomparables ; comparaisons qui ne résistent, ni aux arguments de l'Histoire, ni à ceux de la géographie : la Tunisie n'est et ne sera jamais le Liban, et l'Algérie n'est et ne sera pas la Syrie.

Boubaker Ben Fraj le 13 septembre 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes