mis à jour le

Revue de presse. Comment Bouteflika a repris la main en trois mouvements

Le remaniement ministériel annoncé le 11 septembre n'était que le dernier acte d'une reprise en main du pouvoir par Abdelaziz Bouteflika, revenu en Algérie le 18 juillet dernier après un AVC et une hospitalisation en France. Objectif : s'assurer du contrôle de l'élection présidentielle d'avril 2014.

Dernier baroud d'honneur pour Abdelaziz Bouteflika ? Les derniers actes posés par le chef de l'État algérien démontrent qu'il entend influencer au maximum l'élection présidentielle d'avril 2014 qui désignera son successeur.

Pour ce faire, il a actionné trois leviers distincts. "Bouteflika est revenu en force malgré sa maladie en imposant à la tête du FLN (Front de libération nationale, parti au pouvoir) un homme proche de son clan, des changements au sein du DRS et enfin ce remaniement ministériel", explique le politologue Nacer Djabi.

Première étape donc : siffler la fin de la récréation au sein du FLN, deux tendances se disputant le contrôle du parti en vue de la présidentielle. Élu le 29 août, Amar Saadani est "un homme du sérail" qui offre aux fidèles de Bouteflika l'occasion de conserver leur mainmise sur le mouvement.

Deuxième étape : réduire l'influence du Département de renseignements et de sécurité (DRS), qui possède une grande part de la réalité du pouvoir, sous la férule de l'inamovible général Mohamed Mediene, à sa tête depuis 1990.

Trois services névralgiques de l'armée algérienne jusqu'à présent chapeautées par le DRS - les directions de la communication, de la sécurité, et du service central de la police judiciaire -, ont été placés sous l'autorité directe du chef d'état-major, le général Ahmed Gaïd Salah, promu dans le dernier remaniement vice-ministre de la Défense (ministère conservé par le président).

Le scandale Sonatrach

La DRS a notamment été à l'origine des enquêtes pour corruption qui ont provoqué un énorme scandale concernant le groupe pétrolier Sonatrach et l'ex-ministre de l'Énergie, Chakib Khelil, un proche de Bouteflika en fuite à l'étranger. Un mandat d'arrêt international a été émis contre lui et transmis, parmi d'autres dans cette affaire, à Interpol.

Enfin, le président algérien a confirmé cette reprise en main, mercredi 11 septembre, par un vaste remaniement, toujours en faveur de ses proches. "Il a confié les deux postes-clés du gouvernement, l'Intérieur et la Justice, à ses hommes de confiance originaires comme lui de Tlemcen (ouest) [Tayeb Bélaïz et Mohamed Charfi, NDLR]. Ce qui va contribuer à trancher sur de nombreuses questions à l'avenir".

De fait, ces deux portefeuilles ont un rôle majeur dans la préparation et l'organisation des élections en Algérie. Et treize ministres ont été limogés sur une trentaine.

Lu sur Jeune Afrique

The post Revue de presse. Comment Bouteflika a repris la main en trois mouvements appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

Bouteflika

AFP

Algérie: l'invisible président Bouteflika fête ses 80 ans

Algérie: l'invisible président Bouteflika fête ses 80 ans

AFP

Algérie: nouvelles interrogations sur la santé de Bouteflika

Algérie: nouvelles interrogations sur la santé de Bouteflika

Lord of war

L'Algérie, premier importateur d'armes sur le continent africain

L'Algérie, premier importateur d'armes sur le continent africain

mouvements

AFP

Côte d'Ivoire: tensions et mouvements sociaux

Côte d'Ivoire: tensions et mouvements sociaux

AFP

Le premier terrain de foot d'Afrique éclairé par les mouvements des joueurs inauguré au Nigeria

Le premier terrain de foot d'Afrique éclairé par les mouvements des joueurs inauguré au Nigeria

AFP

Mali: fusion de trois mouvements rebelles touareg et arabe

Mali: fusion de trois mouvements rebelles touareg et arabe