mis à jour le

Centre-ville de Bobo-Dioulasso : A quoi serviront les 30 millions de Salia Sanou ?

Au cours d'une de ses rares et mémorables conférences de presse, le maire de Bobo-Dioulasso, Salia Sanou avait révélé sa volonté d'en finir avec les nids-de-poule dans sa cité. En investissant 30 millions de Francs CFA dans la réfection. Suscitant ainsi des réactions controversées. Tant il est vrai que le c½ur de la deuxième ville du Burkina souffre de tous les maux d'urbanisation.

En faisant justement l'économie des nids-de-poule qui pullulent dans la ville, on a encore de quoi troubler le sommeil des bobolais et du maire. Et ce ne sont pas les habitants d'Accart-ville qui diront le contraire. En effet, Accart-ville est un des secteurs les mieux dotés en infrastructures routières dans la ville de Bobo-Dioulasso.

Voir donc ce quartier et ses goudrons inondés à la moindre pluie inquiète forcément. Surtout la voie menant du marché des fruits à l'Ecole Mixte. Pour peu qu'il goute, cette route est inondée. A la moindre pluie, la station SKI qui s'y trouve est noyée.

Ainsi le mercredi 11 septembre 2013 a été une occasion de plus, sinon de trop pour que les Accart-villois se rendent compte qu'ils vivent les mêmes réalités que le reste des bobolais. En visite actuellement dans les zones prioritaires de la ville, l'on espère que l'édile n'occultera pas le cas d'Accart-ville et de ses environs.

En tout cas, ses techniciens sont bien imprégnés de la situation. Reste peut être et encore le nerf de la guerre. Parce qu'apparemment, c'est toute l'infrastructure de drainage des eaux pluviales qui est à revoir en plus des voies.

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Bobo-Dioulasso

Bukina Faso

Le Burkina Faso vit-il son «printemps arabe»?

Le Burkina Faso vit-il son «printemps arabe»?

Banditisme

Bobo-Dioulasso n'est plus une ville sûre

Bobo-Dioulasso n'est plus une ville sûre

Actualités

Bobo-Dioulasso : La détresse des industriels

Bobo-Dioulasso : La détresse des industriels