mis à jour le

Santé : le diagnostic d’un secteur agonisant

« Un médecin consciencieux doit mourir avec le malade s'ils ne peuvent pas guérir ensemble », dit Eugène Ionesco. Une  citation qui semble si bien s'appliquer au système sanitaire algérien qui se meurt chaque jour un peu plus au grand dam des malades incapables  de s'offrir des soins à l'étranger ou dans des structures privées. Il n'y a pas pire chose pour le citoyen lambda que de devenir malade. On redoute la maladie mais surtout la qualité des soins qu'on sait à l'avance dérisoire. Avoir un lit décent dans un hôpital, accéder aux soins nécessaires relève d'un combat que peu réussissent. Les conditions de prise en charge et d'exercice des médecins sont de plus en plus difficiles. Devant un manque de matériel apparents, une pénurie de médicaments réccurentes, rendez vous éloignés pour les cancéreux et autres malades chroniques...etc, ces praticiens doivent faire  appel à  leur génie débrouillard pour venir au secours des malades. Lesquels, mécontents, se déchaînent contre leur unique vis à vis, le praticien de la santé en l'occurrence.         Toutefois,  le système de santé algérien a réalisé des exploits au lendemain de l'indépendance en éradiquant, notamment, les maladies infectieuses et enfantiles alors répandues. Pr Farid Chaoui, spécialiste en gastro-entérologie, et chargé de mission auprès du 1° ministre dans le gouvernement Hamrouche en 90-91, chargé du dossier de réforme de la santé et de la sécurité sociale, est revenu sur cette époque lors du colloque organisé par le journal El Watan à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance.     Le système de santé algérien après 1962... par elwatanvideo   Ce dispositif a été, un peu plus tard, complété par l'instauration de la médecine gratuite (loi 73-65 du 26 décembre 1973). Une décision rendue possible grâce à la nationalisation des hydraucarbures, le 24 février 1971, et qui a donné la possibilité au peuple algérien de bénéficier d'une couverture médicale acceptable. La médecine gratuite, choix idéologique de l'Algérie n'a toutefois pas résisté à l'importante explosion démographique qui suivra. Choix peut être opportun à l'époque,  il ne l'est pas forcément aujourd'hui. La gratuité des soins dans les établissements de la santé publics en Algérie est souvent brandie par les autorités comme approuvant l'accès libre  égal de  tout citoyen au soin. S'ils sont gratuits au niveau de tous les centres publics, les soins  ne sont pas pour autant de qualité ni accessible à tout le monde vu l'important nombre de malades qui y affluent quotidiennement. Pis encore, certains  connaisseurs de la nomenclature des dépenses contestent cette notion de gratuité. Plus d'explications avec Pr farid Chaoui.     "La médecine n'a jamais été gratuite", Pr Chaoui par elwatanvideo   Cela dit l'Etat ne supporte qu'une petite part des dépenses de la santé publique, soit 30%. L'Etat ne finance que 30%dépenses de la santé. par elwatanvideo   Quelques liens utiles : Loi n° 12-12 du 12 Safar 1434 correspondant au 26 décembre 2012 portant loi de finances pour 2013    Loi n° 11-16 du 3 Safar 1433 correspondant au 28 décembre 2011 portant loi de finances pour 2012    Loi n° 07-12 du 21 Dhou El Hidja 1428 correspondant au 30 décembre 2007 portant loi de finances pour 2008.    Loi n° 03-22 du 4 Dhou El Kaada 1424 correspondant au 28 décembre 2003 portant loi de finances pour 2004 Loi n° 2000-06 du 27 Ramadhan 1421 correspondant au 23 décembre 2000 portant loi de finances pour 2001

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

santé

AFP

Angola: incertitudes sur l'état de santé du président Dos Santos

Angola: incertitudes sur l'état de santé du président Dos Santos

Santé

Pour la première fois, un vaccin contre le paludisme va être testé à grande échelle

Pour la première fois, un vaccin contre le paludisme va être testé à grande échelle

AFP

Mali: levée du mouvement de grève dans le secteur de la Santé

Mali: levée du mouvement de grève dans le secteur de la Santé

secteur

AFP

Côte d'Ivoire: le tourisme, un secteur

Côte d'Ivoire: le tourisme, un secteur

AFP

Au Nigeria, le secteur aérien est dans la tourmente

Au Nigeria, le secteur aérien est dans la tourmente

AFP

Togo: le secteur du phosphate

Togo: le secteur du phosphate