mis à jour le

Kiosque à journaux, Yaoundé, novembre 2012 / AFP
Kiosque à journaux, Yaoundé, novembre 2012 / AFP

Cameroun: qui gouverne le pays?

Deux quotidiens nationaux s'écharpent pour dire la même chose: le pays n'est pas gouverné.

Rappelons les faits. Lundi 9 septembre 2013, le quotidien Le Messager, l’un des journaux les plus virulents à l’égard du régime de Paul Biya, au pouvoir au Cameroun depuis bientôt 31 ans, titre: «Le Cameroun est-il vraiment gouverné?» Objectif de la manœuvre, présenter l’incurie et l’inertie dans lesquelles est plongé le pays.

Pour illustrer son propos, Le Messager évoque les séjours répétés (et souvent longs) du chef de l’Etat à l’étranger, des conseils de ministres qui se tiennent (au mieux) une fois par an, une diplomatie inopérante, de nombreux autres projets laissés à l’abandon et enfin, la corruption. Bref, rien que le commun des Camerounais ne sache pas…

Le lendemain, 10 septembre, le quotidien Cameroon Tribune, une sorte d’antichambre du gouvernement, répond du tac au tac, sous la plume de sa directrice de publication: «Oui, le Cameroun est gouverné!»

Aussitôt, les réseaux sociaux s’enflamment. Les twittos camerounais se délectent de ce clash qui vient pimenter le débat politique, ce d’autant plus que dans son édition du mercredi, Le Messager contre-attaque et étrille son confrère, en évoquant «un éditorial fade et sans étoffe».

 

 

 

 

Seulement, ce clash qui survient alors que s’ouvre, dans quelques jours, la campagne électorale pour les municipales et les législatives du 30 septembre, est un peu étrange. Il est étrange parce qu’il enfonce des portes ouvertes. Cette querelle n’a pas de sens parce que, sans même le savoir, les deux journaux sont d’accord.

 

 

Le Messager a posé une question que tout le monde se pose: l’espèce de pilotage automatique dans lequel semble se trouver le Cameroun depuis trois décennies est-il un modèle de gouvernance sérieux? Les exemples que le quotidien donne sont des faits que n’importe quel observateur, même lointain, de la vie politique au Cameroun connaît. Le seul problème, c’est que l’écriture du journaliste du Messager est tâtonnante, la langue approximative et la démonstration poussive. Mais les faits mentionnés sont incontestables.

Rien d’étonnant donc que ce ne soit que sur la forme que Cameroon Tribune attaque son confrère. L’éditorialiste du journal parle d’un «inélégant pamphlet mal documenté et présenté comme le fruit du journalisme d ‘investigation». Mais, en la matière, Cameroon Tribune a-t-il autorité pour donner des leçons à qui que ce soit, lui qui n’a jamais été perçu comme autre chose qu’une véritable caisse de résonance du parti au pouvoir? En réalité, la seule chose dont peut se prévaloir le quotidien pro-gouvernemental, c’est la maîtrise de la langue française (et encore!).

Et c’est d’ailleurs l'unique base de sa riposte à la démonstration du Messager qui soutient que le pays n’est pas gouverné. L’éditorialiste de Cameroon Tribune jongle avec les mots, utilise une langue et un style agréables à lire. Mais au fond, elle écrit pour ne rien dire. Aucun contre-argument sérieux pour démonter le point de vue de son confrère. Rien, si ce ne sont des mots, des phrases, des circonvolutions qui ne nient pas l’évidence. En d’autres termes, Cameroon Tribune confirme ce que Le Messager n’a pas su dire avec élégance: avec un président absent les trois quarts du temps, le Cameroun est effectivement (pas) gouverné.

Raoul Mbog

Retrouvez tous les billets du blog Cameroun, on dit quoi?

Raoul Mbog

Raoul Mbog est journaliste à Slate Afrique. Il s'intéresse principalement aux thématiques liées aux mutations sociales et culturelles et aux questions d'identité et de genre en Afrique.

 

 

Ses derniers articles: Les femmes de Boko Haram sont aussi dangereuses que les hommes  Le problème avec les gens qui veulent «sauver l'Afrique»  Bienvenue en enfer 

Cameroun

AFP

A Bamenda l'anglophone, on veut quitter la maison Cameroun "sans dire au revoir"

A Bamenda l'anglophone, on veut quitter la maison Cameroun "sans dire au revoir"

AFP

Le Cameroun accuse l'ICG de "déstabilisation" après un rapport sur la crise anglophone

Le Cameroun accuse l'ICG de "déstabilisation" après un rapport sur la crise anglophone

AFP

Cameroun anglophone: lourd bilan humain après la proclamation symbolique d'"indépendance"

Cameroun anglophone: lourd bilan humain après la proclamation symbolique d'"indépendance"

Paul Biya

Mème.

Le grand détournement des Camerounais qui parodient la courbette de leur ministre

Le grand détournement des Camerounais qui parodient la courbette de leur ministre

Accident ferroviaire d'Eseka

«C’est très peu», disent des Camerounais à propos de l'indemnisation de Bolloré

«C’est très peu», disent des Camerounais à propos de l'indemnisation de Bolloré

Cameroun

Le silence de Bolloré ulcère les Camerounais après la catastrophe ferroviaire d'Eseka

Le silence de Bolloré ulcère les Camerounais après la catastrophe ferroviaire d'Eseka

gouvernance

Mondial 2014

Les raisons de l'échec de l'Afrique au Mondial

Les raisons de l'échec de l'Afrique au Mondial

Alerte

Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola

Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola

LNT

Gouvernance locale de Casablanca : Tsunami royal …

Gouvernance locale de Casablanca : Tsunami royal …