mis à jour le

Revue de Presse. Quand la France expérimentait le gaz sarin en Algérie

 Un militant anticolonialiste, Henri Pouillot, a évoqué mercredi l'expérimentation par la France du gaz sarin lors de la guerre de libération nationale, jugeant que son pays est "mal placé" aujourd'hui pour "donner des leçons" à d'autres pays qui en auraient fait l'usage.

Le président du Collectif Sortir du colonialisme s'appuie sur le témoignage rendu public d'un ancien sergent de l'armée française, Auguste Cuzin, affecté en Algérie à la fin des années cinquante, selon lequel il avait réalisé avec ses compagnons d'armes et sur ordre de sa hiérarchie, des "tirs d'expérimentation de tirs d'obus chargés de gaz sarin".

"J'étais chef de pièce dans l'artillerie, de février 1958 à avril 1960, en Algérie. Durant le deuxième semestre de l'année 1959, j'ai été appelé à la base secrète de Beni-Ounif (à) Chaque matin, les officiers nous donnaient l'ordre de tirer à 6 ou 8 kilomètres, au canon, durant deux heures. Nous avons expérimenté le gaz sarin", détaille, dans la presse française, l'ancien soldat, actuellement en retraite dans l'Isère (Sud-ouest de la France).

Interrogé sur la cible de ces tirs, il a affirmé que c'était des caisses, disposées dans le désert, dans lesquelles étaient emprisonnés des animaux.

"Chaque obus contenait un demi-litre de gaz, qui se répandait dès l'impact au sol. Nous allions dans le désert 48 heures plus tard, équipés de masques à gaz, pour aider les techniciens à ramasser les animaux morts, qu'ils emmenaient au laboratoire pour des analyses", se rappelle-t-il, niant avoir eu connaissance de "tirs sur l'homme".

M.Pouillot déduit que comme pour les essais nucléaires de Reggane (Sud d'Algérie), la France a "testé" ces armes horribles, "sans s'inquiéter des victimes civiles qui ont pu être touchées simplement parce qu'elles se sont trouvées au mauvais moment, au mauvais endroit".

"Après l'utilisation de cet +agent orange+ (la dioxine) au Vietnam, le napalm pour détruire entre 600 et 800 villages algériens, la France est vraiment mal placée pour donner des leçons sur les armes interdites par d'autres pays", a-t-il indiqué.

Lui-même témoin de la torture à la Villa Susini (Algérie) où il avait été affecté de juin 1961 à mars 1962 pour effectuer son service militaire, le militant anticolonialiste se demande si la France peut-elle donner des "leçons de morale" dans le conflit syrien, en appelant le gouvernement de Damas à renoncer à son arsenal chimique. Il a confié à l'APS être revenu en novembre 2004 en Algérie où il avait visité, à Khenchela (Est), les ruines d'un des 800 villages anéantis au napalm par l'armée coloniale.

"J'ai visité les ruines de l'un de ces villages de 800 habitants, tous brûlés vifs, comme à Oradour sur Glane, pas dans une église, mais dans leur mechta ! On trouve encore aujourd'hui des éclats de ces bombes sur le sol", a-t-il témoigné.

Le gaz sarin fait, depuis des semaines, l'actualité internationale, après une attaque à cette arme chimique redoutable contre la population civile en août dernier en Syrie.

Lu sur l'APS

The post Revue de Presse. Quand la France expérimentait le gaz sarin en Algérie appeared first on Algérie Focus.

France

AFP

La France prête

La France prête

AFP

Niamey:

Niamey:

AFP

Au Niger et au Tchad, la France veut repérer les réfugiés déterminés

Au Niger et au Tchad, la France veut repérer les réfugiés déterminés

gaz

AFP

Kenya: la police disperse 3.000 manifestants au gaz lacrymogène

Kenya: la police disperse 3.000 manifestants au gaz lacrymogène

AFP

L'Algérie veut reprendre l'exploration du gaz de schiste

L'Algérie veut reprendre l'exploration du gaz de schiste

AFP

Gaz lacrymogène, pneus brûlés et vive tension au Kenya

Gaz lacrymogène, pneus brûlés et vive tension au Kenya

Algérie

AFP

Macron en Algérie pour "une nouvelle relation" apurée du passé

Macron en Algérie pour "une nouvelle relation" apurée du passé

AFP

Journalistes de RFI tués au Mali: des suspects "a priori" en Algérie selon des proches

Journalistes de RFI tués au Mali: des suspects "a priori" en Algérie selon des proches

AFP

Maroc et "argent du haschich": Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie

Maroc et "argent du haschich": Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie