mis à jour le

Akhannouch, ministre des finances par intérim, conflits d’intérêts permanents

Par Ibn Kafka

Aziz Akhannouch était ministre de l'agriculture déjà sous la primature calamiteuse d'Abbas el Fassi, et il fut le seul ministre à rester au sein du nouveau gouvernement Benkirane en dépit de son étiquette partisane - le RNI - purement factice, car son seul vrai parti c'est le makhzen (après voir mené campagne  - et été élu - sous l'étiquette du RNI pour les législatives de 2011 en compagnie de Salaheddine Mezouar, il démissionna du parti en 2012 pour devenir un ministre sans étiquette au sein du gouvernement Benkirane:

Déjà en 2007, Akhannouch allait entrer au gouvernement de Abbas El Fassi sous les couleurs du Mouvement populaire. A la veille de la nomination du gouvernement et après le refus de Mohand Laenser de le parrainer, lui et Amina Benkhadra, Aziz Akhannouch avait intégré le RNI alors présidé par Mustapha Mansouri. Sauf que cette fois-ci, le ministre de l'Agriculture sortant s'est présenté aux élections législatives de novembre dernier et toujours sous l'étiquette du RNI. Près d'un mois plus tard, il jette l'éponge. Cela doit être un coup dur pour Salaheddine Mezouar, le président du parti qui avait, dès le lendemain des élections, choisi de camper dans l'opposition. Des parlementaires de cette formation se sont déjà prononcés en faveur d'Akhannouch. Ils ont promis de soutenir ses projets même s'ils sont dans l'opposition. (L'Economiste, 2012)

Déjà, ce portefeuille soulevait problème ( voir « Bref rappel sur le parcours d'Aziz Akhennouch« ), en raison des considérables intérêts économiques d'Akhennouch et de son épouse Salwa - le groupe familial AKWA Group  anciennement (avant 2002Groupe Afriquia, leur appartient, et est présent notamment dans le secteur du carburant, un secteur réglementé bénéficiant de la caisse de compensation, ainsi que la communication, autre secteur réglementé:

AKWA Group comprend désormais quatre pôles d'activités: les carburants (Afriquia), le gaz (Afriquia Gaz), les fluides (Maghreb Oxygène et Techno Soudures) et les TMT (technologies, média et télécommunications). (Aujourd'hui Le Maroc, 2002)

C'est ainsi que le groupe a mis le pied dans d'autres secteurs tributaires de bonnes relations avec les pouvoirs publics - dont une concession à Tanger Med:

En 2004, AKWA Group a été désigné en qualité de concessionnaire du premier terminal à conteneurs du nouveau port de Tanger Méditerranée. Quatre années plus tard, le groupe se voit attribuer la concession du terminal 3 du Port Tanger Med dans le cadre d'un groupement formé avec Maersk (Danemark) et APM Terminals (Hollande). (site d'AKWA Group)

Plus récemment, le tourisme est venu s'y rajouter - AKWA Group signant même des conventions de partenariat avec des groupes étrangers sous « la présidence » d'un collègue gouvernemental d'Aziz Akhannouch, le ministre du tourisme:

Après Marrakech et Casablanca, Four Seasons Hôtels, fleuron de l'hôtellerie internationale prend pied à Agadir en s'alliant au géant marocain Akwa Group. À cet effet, un protocole d'accord a été signé, hier à Casablanca, sous la présidence du ministre du Tourisme, Lahcen Haddad. (Le Matin du Sahara, 2013)

Et le tour de table de ce projet-là justement indique la présence aux côtés d'AKWA Group de la CDG, bras financier du makhzen:

Actuellement, le projet semble être enfin sur les rails, il réunit dans son tour de table quatre partenaires qui sont CDG Développement (35%), filiale du groupe Caisse de dépôt et de gestion, la Société marocaine d'ingénierie touristique (5%), le groupe Alliances Développement immobilier (20%) et le consortium Sud Partners, consortium dont le chef de file est Akwa Group (15%).(Le Matin du Sahara, 2013)

Et depuis, un cinquième pôle est venu s'y ajouter - l'immobilier, autre secteur soumis à forte réglementation publique - le classement des zones, les autorisations administratives en matière d'urbanisme, le financement des projets, l'agrément des projets d'investissement... - et où l'entregent avec les autorités administratives, gouvernementales et financières est fort utile. Et l'on peut y rajouter le ciment... Dans les médias, AKWA Group contrôle le groupe Caractères Médias, qui comprend notamment La Vie économique et Femmes du Maroc. Le groupe - Aksal Group- dirigé par son épouse, Salwa Idrissi Akhannouch, s'intitule modestement « Leader marocain du luxe, retail et malls » (et avec une réussite d'autant plus méritoire que sa création daterait de 2004) , des activités qui ne lésinent généralement pas sur la pub dans la presse écrite. Et voilà pourquoi vous ne lirez pas beaucoup d'enquêtes d'investigation sur le cheminement d'Aziz Akhannouch dans la presse écrite... Son épouse est décrite ainsi par le magazine étatsunien Forbes, dans un article intitulé « Ten African Millionnaires You've Never Heard Of« :

Salwa Idrissi Akhannouch, Morocco Source: Real Estate, Fashion One of Morocco's wealthiest female entrepreneurs, Salwa Idriss Akhannouch is the founder and CEO of the Aksal Group, a Moroccan leader in retail, luxury goods, department stores and shopping malls. Aksal owns a 50% stake in Morocco Mall, the largest shopping center in Africa which was built at a cost of over $240 million in 2007. Aksal also holds the sole franchise for fashion brands such as Zara, Banana Republic, Pull & Bear and Gap GPS -0.64% in Morocco. Akhannouch inherited a fortune from her grandfather, Haj Ahmed Belfiqih, a businessman who held a virtual monopoly on Morocco's tea trade in the 1960s. She is also the wife to Aziz Akhannouch, an equally wealthy Moroccan businessman and politician. (Forbes, 2013)

Mais le magazine n'avait pas oublié son époux dans cette liste, faisant d'eux le seul couple marié à y figurer:

Aziz Akhannouch, Morocco Source: Energy distribution, Hotels Aziz Akhannouch is the husband of Salwa Idrissi Akhannouch and currently serves as Morocco's Minister of Agriculture and Fisheries. He is also one of the country's wealthiest men. The 52 year-old politician is still Chairman and CEO of Akwa Group, a $1.6 billion (sales) Moroccan conglomerate which owns Afriquia, the Kingdom's largest energy distribution company, hotel chain Ibis Moussafir and Afrinetworks, the largest distributor for Moroccan mobile operator Méditelecom with a portfolio of 250 outlets and 600 sites GSM payphones. The Akwa Group was founded in 1959 as Afriquia SMDC (Société Marocaine de Distribution de Carburants) by Akhannouch's father.

Nul besoin d'être un prêtre luthérien scandinave pour se sentir mal à l'aise devant un tel conflit d'intérêt. Tout au plus Akhennouch pouvait-il se défendre en disant que son portefeuille ministériel - l'agriculture - n'était pas en contact direct avec l'activité principale de son groupe, les hydrocarbures, ou les activités subsidiaires. N'importe quelle personne ayant une connaissance superficielle du milieu politico-administratif marocain sait que l'influence d'un ministre, conseiller royal, haut fonctionnaire ou sécuritaire n'est pas délimitée par sa place dans l'organigramme officiel - pour preuve, l'intervention réussie d'Akhennouch dans une histoire obscure à la Casablanca American School, à laquelle l'ambassade des Etats-Unis menaçait de retirer son agrément en tant qu'école délivrant des diplômes scolaires étatsuniens pour cause de mauvaise gestion:

Il faudra l'intervention personnelle du ministre de l'Agriculture Aziz Akhennouch, dont l'enfant est scolarisé à l'école américaine, pour que les choses rentrent dans l'ordre. Résultat : les directeurs du conseil d'administration ont donné leur démission. Elle prend effet en octobre prochain, date à laquelle de nouveaux membres seront élus. De quoi rassurer les parents qui voulaient inscrire pour la première fois leur enfant dans cette école.

Et notre homme était lui-même conscient, en 1996, que son secteur était très dépendant des décisions publiques:

«Mais, explique M. Aziz Akhannouch, président du groupe, une grande partie de ces projets reste dépendante des décisions administratives concernant la suite de la libéralisation» (L'Economiste, 1996)

Six ans plus tard, il en était toujours aussi conscient:

« Pour que le secteur de la distribution poursuive son plan de développement et d'extension, il est nécessaire que les pouvoirs publics apportent des solutions aux différentes problématiques posées, plus particulièrement en termes de visibilité de modèle économique et de rentabilité financière ». (L'Economiste, 2002)

Et en 2005, il se faisait une idée claire de ses attentes vis-à-vis des pouvoirs publics:

Quelles améliorations doivent apporter les pouvoirs publics pour que le marché fonctionne mieux? – D'abord, je tiens à dire que nous souscrivons totalement à la politique du gouvernement qui consiste à assurer une bonne chaîne d'approvisionnement par la diversification des opérateurs, la multiplication des sites de stockage et des points d'entrée. Nous voulons continuer à contribuer à cette politique énergétique de diversification des sources et de la sécurité d'approvisionnement. Bien évidemment, il faut mener parallèlement une réflexion profonde sur tout le système de la compensation et la fixation des prix. Nous avions un système qui fonctionnait très bien, celui de l'indexation, mais il a été arrêté. Quant au gaz, il va falloir réfléchir à une stratégie autour d'une décompensation progressive. (L'Economiste, 2005)

Rien d'étonnant, de la part de cet ancien poulain de Driss Basri et lié par sa famille maternelle au Palais (voir mon billet précité), que de saisir l'importance de l'Etat au Maroc pour la réussite des affaires... Voilà donc qu'on a appris vendredi que Nizar Baraka ayant fait partie des cinq ministres Istiqlal démissionnaires suite au psychodrame de Hamid Chabat, nouveau chef de ce parti, il a été nommé président du Conseil économique, sociale et environnemental en remplacement de Chakib Benmoussa, nommé ambassadeur à Paris. Qui le Roi et le Chef du gouvernement ont-ils trouvé comme mieux indiqué pour remplacer Baraka le temps de finaliser les négociations avec le RNI pour la formation du nouveau gouvernement? Facile: Idriss Azami al Idrissi, ministre délégué au près du ministre de l'économie et des finances, chargé du budget, qui est un ancien haut fonctionnaire de ce ministère et qui a servi directement sous Baraka depuis 2011, étant en charge de la préparation de la loi des finances 2014. Parmi les bizarreries de cette nomination à titre intérimaire, on relèvera que Akhannouch est le seul ministre nommé à ce titre , à en croire la presse officieuse, alors que quatre autres départements ministériels n'ont plus de chef... Eh bien non, ce sera Aziz Akhannouch. Il est vrai qu'outre ses qualités d'homme d'affaires et son peu d'intérêt pour les appartenances partisanes, il est devenu très proche du Roi. Enfin, aussi proche que puisse être un Marocain de son Roi... Toujours est-il qu'il est probablement un des rares ministres depuis 1999 (sans doute Fouad Ali el Himma a-t-il eu ce privilège avant lui) à pouvoir titre privé le Roi et Lalla Salma à un ftour, comme ce fut le cas ce ramadan... Il est vrai que dans leurs activités de mécenat, les deux groupes, AKWA & Aksal, n'hésitent pas à financer les différentes fondations royales et assimilées - la Fondation Mohammed Vi pour l'environnements'agissant d'AKWA, et la Fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement des cancers s'agissant d'Aksal. Résumons donc: voilà un des trois ou quatre hommes d'affaires les plus riches du pays - Roi excepté - qui bien que n'ayant aucun poids partisan ni aucune attache idéologique, siège au gouvernement en dépit du conflit d'intérêt gros comme une maison que soulève son cas. Déjà pressenti pour la primature avant les élections de 2011 - le score du PJD y fit obstacle - il demeure comme une anomalie non-partisane dans un ministère qui n'est pas de souveraineté au sens propre du terme (justice, intérieur, affaires étrangères), il bénéficie de manière privilégiée d'une promotion intérimaire au poste de ministre des finances - alors qu'il devient (comme souligné par Omar) le ministre de tutelle de la Direction générale des impôts, qui hésitera sans doute à lancer des contrôles fiscaux à l'encontre d'AKWA ou d'Aksal pendant ce laps de temps. Seule sa proximité du Palais justifie sa nomination - et comment croire alors qu'il n'est nommé aux finances qu'à titre intérimaire?

Le lien vers le blog d’Ibn Kafka

Mamfakinch

Ses derniers articles: Paying for the sins of others  Anouzla, ce terroriste !  العلاقة مع السلطة… بعيداً عن السجال 

ministre

AFP

Gabon: le ministre d'ouverture Ben Moubamba écarté

Gabon: le ministre d'ouverture Ben Moubamba écarté

AFP

Rwanda: Kagame choisit un inconnu comme Premier ministre

Rwanda: Kagame choisit un inconnu comme Premier ministre

AFP

Congo: démission du gouvernement du Premier ministre Clément Mouamba

Congo: démission du gouvernement du Premier ministre Clément Mouamba

finances

AFP

Afrique du Sud: plainte de l'opposition contre le ministre des Finances pour corruption

Afrique du Sud: plainte de l'opposition contre le ministre des Finances pour corruption

AFP

Tunisie: limogeage de la ministre des Finances et celui de l'Éducation

Tunisie: limogeage de la ministre des Finances et celui de l'Éducation

AFP

En Afrique du Sud, Zuma limoge son ministre des Finances

En Afrique du Sud, Zuma limoge son ministre des Finances

conflits

AFP

Le sommet Chine-Afrique pour une "solution africaine" aux conflits sur le continent

Le sommet Chine-Afrique pour une "solution africaine" aux conflits sur le continent

AFP

Angelina Jolie appelle l'Afrique

Angelina Jolie appelle l'Afrique

AFP

Le bassin minier de la Tunisie ravagé par les conflits sociaux

Le bassin minier de la Tunisie ravagé par les conflits sociaux