mis à jour le

Les ralliés

Dans le registre des amis du président IBK, il y a les alliés de premières heures et les ralliés du second tour, et ils ne sont pas à la même loge. Diversement traités selon les calibres, les carrures, les catégories, ils sont à géométrie variable, mais la constance est qu'il y a ceux qui sont satisfaits d'accompagner le chef, ceux qui attendent encore de voir et ceux qui sont à bout de souffle. Certains sont éc½urés d'attendre, ne voient plus IBK, ne l'entendent pas et ne le sentent pas. La grande famille des ralliés du deuxième tour écume de sentiment d'injustice, car pensant que le gâteau n'a pas été également partagé. Parmi les candidats qui se sont faits peser au premier tour, et qui l'ont soutenu au second tour, Moussa Mara, le président du parti Yèlèma, (au lieu de Bara comme précédemment écrit) est l'un des rares à se taper un portefeuille au gouvernement. Il a la particularité de partager la même commune que le président IBK. Le jeune maire de la Commune IV qui a eu le mérite de terrasser le candidat du parti d'IBK, le RPM lors des élections municipales dernières, et qui a donné du fil à retordre à IBK lui-même lors des législatives dernières, ne pouvait prétendre moins. Moussa Mara a été récompensé dans le gouvernement, le département de l'Urbanisme et de la politique de la ville lui revient. Chez les autres la déception enfle. Le CNID de Me Mountaga Tall, le MPR de Choguel Maïga, la CDS de Mamadou Bakary Sangaré dit Blaise, et particulièrement pour Dramane Dembélé de l'ADEMA-PASJ et Housseini Guindo de la CODEM, ainsi que SADI du Dr Oumar Mariko et le RDS n'ont pas eu de portefeuille dans le gouvernement pléthorique de Oumar Tatam LY. Ce gouvernement a été suffisamment ouvert avec 34 départements pour y loger le maximum de personnes.

 
Est-ce la raison pour laquelle il y a des ministres qui risquent de se marcher sur les pieds, dans des conflits de compétences ? On note un ministère des domaines de l'Etat et des Affaires foncières, et en même temps un ministère de l'Urbanisme et de la politique de la ville et aussi un ministère du Logement.

 
Il y a aussi un ministère de la fonction publique et en même temps un ministre du Travail et des affaires sociales et humanitaires. Il y a deux ministères délégués auprès du ministre de l'administration territoriale : le ministère délégué chargé de la décentralisation et celui chargé des affaires religieuses et du culte. Ensuite, il y a deux ministères délégués auprès du ministre de l'Economie et des Fiances : le ministre délégué chargé du Budget et celui chargé de la Promotion des investissements et de l'Initiative privée. Enfin, on note le ministre délégué auprès du ministre du Développement rural chargé de l'Elevage, de la Pêche et de la Sécurité alimentaire. Les amis politiques, les alliés et les ralliés trouvent là de quoi se fâcher.

 
B. Daou 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé