mis à jour le

On vous le dit

Arrestation d'une femme pour escroquerie   Les forces de police de la sûreté de daïra de Ouaguenoun ont appréhendé, cette semaine, la nommée H. F., âgée de 49 ans, ex-employée d'APC, demeurant à Tamda (Ouaguenoun), suite aux plaintes de trois citoyens, demeurant à Tizi Ouzou, pour escroquerie. Selon les éléments de l'enquête révélés par la cellule de communication de la sûreté de wilaya, cette femme promettait à ses victimes l'accès au logement promotionnel dans des délais très courts. Elle a ainsi réussi à leur soutirer la somme de 820 000 DA. Présentée au parquet de Tizi Ouzou dimanche dernier pour escroquerie, elle a été placée en détention préventive.   Un maire suspendu parce qu'il a aidé un SDF !     Le P/APC de Beni Mered (Blida) vient d'être suspendu pour avoir assisté une personne en danger ! En effet, en voyant un chef de famille sans domicile fixe vivant dans une habitation de fortune menaçant ruine et le grave état psychique dans lequel il était (plusieurs tentatives de suicide avec un rapport de la Protection civile), le P/APC s'est vu obligé, en tant qu'élu, de lui attribuer un logement social, et ce, en attendant la régularisation et la légalisation de cette attribution par les services compétents (daïra et OPGI). Cela s'est passé au mois de février dernier, et l'élu avait avisé les autorités concernées, notamment le wali de Blida. Mais il a fallu attendre six mois pour que ces autorités réagissent ! En guise de «sanction», le maire a été suspendu au motif d'avoir «aidé» une personne appartenant à sa famille. «Ce n'est pas vrai, je n'ai aucune relation familiale avec ce SDF. D'ailleurs, j'ai prouvé cela à la justice. Le SDF, qui a campé plusieurs jours devant le siège de l'APC de Beni Mered, a tenté de s'immoler et a même menacé de tuer sa famille à l'aide d'un poignard. Ce qui l'a poussé à agir de cette manière, c'est le fait que la commune de Beni Mered possède une vingtaine de logements sociaux inoccupés et non encore attribués, alors qu'ils ont été livrés il y a dix ans», déclare M. Stambouli, le maire suspendu.       La voiture sous-marine de James Bond vendue 650 000 euros                 La célèbre voiture sous-marine conduite par James Bond, en 1977, dans L'espion qui m'aimait, a atteint la somme de 550 000 livres (650 000 euros, 860 000 dollars) lors d'une vente aux enchères, lundi, à Londres. Après une intense lutte à coups d'enchères, la voiture, une Lotus Esprit, a finalement été vendue à un enchérisseur intervenant par téléphone, lors d'une   vente de voitures de collection organisée par la maison RM Auctions, dans le quartier de Battersea, au sud de Londres. La voiture avait été construite pour la scène dans laquelle James Bond (interprété par Roger Moore accompagné par Barbara Bach assise sur le siège passager), est pris sous le feu d'un hélicoptère. L'agent 007 réussit à s'échapper en plongeant avec son véhicule dans l'eau. «Nous sommes très heureux du prix qui a été atteint, c'est une belle somme pour une importante pièce-souvenir d'un film», a déclaré Peter Haynes de RM Auctions Europe. «Il faut avoir à l'esprit que ce n'est pas une voiture qui peut être   conduite sur la route, le prix atteint prouve simplement le succès qu'ont toutes les pièces- souvenirs liées à (James) Bond», a-t-il ajouté.       

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien