mis à jour le

Déclaration de L’Association Repères

Le Mercredi 04 Septembre 2013, le Président Ibrahim

Boubacar Keita au cours de sa cérémonie d’investiture a qualifié le putschiste Moussa Traoré de « grand Républicain »

En Républicain est celui qui est d’accord pour « le gouvernement du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple » ; celui qui respecte scrupuleusement les valeurs de la République c’est-à-dire:

- la souveraineté du peuple,

- la liberté,

- l’égalité,

- la justice sociale et économique,

- les droits de l’Homme.

La dictature militaire instaurée par un coup d’état pour régner pendant 23 ans par le fer et par la répression sanglante est aux antipodes de la République.

Moussa Traoré a :

- attenté à la Première République du Mali en l’assassinant par un coup d’Etat

- instauré au Mali une dictature militaire sanglante du 19 novembre 1968 au 26 mars 1991,

- mis en cause toutes les valeurs de la République.

- assassiné de nombreux officiers de valeur et des dirigeants politiques, dont le Président Modibo KEITA  le père de l’indépendance du Mali.

- Emprisonné certains compagnons du Président Modibo parmi lesquels Ataher MAIGA, le père de  Aminata MAIGA épouse de  IBK pendant 7 voir 10 ans sans jugement.

- Torturé à mort  des professeurs dont Ibrahima LY , le père de l’actuel Premier Ministre, des élèves et étudiants  .

- Tué plusieurs de ses propres compagnons

- torturé et humilié des chefs de familles afin de maintenir sa dictature sanguinaire

- injurié grossièrement, vulgairement et publiquement les femmes du Mali.

- menacé de faire descendre sur la tête des Maliens les foudres de l’enfer.

- imposé une justice de tyrans.  Ce qui lui a valu d’être qualifié comme   » un des plus grands criminels des temps modernes » par son compagnon d’armes Youssouf Traoré.

- Il n’a pas hésité à joncher les rues du Mali de cadavres pendant la révolution de Mars 1991 (plus de 292 tués et 699 blessés).

Le sanguinaire Moussa Traoré a été condamné à mort deux fois par la Justice malienne.

Il n’a jamais exprimé de regrets pour les actes qu’il a commis ou commandités, allant jusqu’à dire que « c’est le Peuple Malien qui lui doit des excuses ». Il a sévi pendant 23 ans et peu sont les Maliens qui ne souffrent pas encore aujourd’hui des conséquences de sa politique.

Durant son règne le sanguinaire Moussa Traoré a méprisé, réprimé, torturé, humilié, affamé, clochardisé les travailleurs suite aux fermetures des Sociétés et Entreprises d’Etat et des mois de quatre vingt dix à cent vingt jours sans salaires.

Le chaos dans lequel notre patrie est actuellement plongée tire sa source de la politique que le despote Moussa Traoré a instaurée au Mali depuis le 19 novembre 1968, et le peuple du Mali le sait parfaitement.

Eu égard à ces faits, Moussa Traoré ne saurait être même un citoyen digne de ce nom, à plus forte raison un « grand Républicain ».

 

Il est  plutôt l’initiateur de la déchéance sociale, de la catastrophe économique du Mali et de la liquidation de toutes les valeurs Républicaines depuis 45 ans.

Qualifier Moussa Traoré de « grand Républicain », est une insulte aux acquis  de Mars 1991, notamment à la Constitution de 1992 et à la mémoire des victimes des répressions ; ces hommes et femmes libres et dignes qui ont consenti les plus grands sacrifices pour un Mali démocratique. Enfin c’est un camouflet pour les principes et les valeurs Républicaines.

Il est regrettable que le vote massif des Maliens et des Maliennes soit sitôt salué par le Président IBK par cette irruption aussi incongrue que déshonorante saluée par celui qui a dit à tout va : « Le Mali d’abord » ; ce qui est contraire à  » Moussa Traore d’abord ».

En commençant son discours d’investiture par des dithyrambes à l’adresse du sanguinaire Moussa Traore, le Président IBK a renvoyé au peuple du Mali et au Monde, l’image choquante d’un dauphin complexé prenant frileusement la relève de son mentor.

C’est pourquoi l’Association Repères dénonce ces propos du Président Ibrahim B. KEITA et appelle le peuple du Mali à la vigilance et au combat avec vigueur et rigueur contre toute tentative ou acte visant à noyer les principes et valeurs de la République.

L’Association Repères demande au peuple du Mali, fier des combats et sacrifices des héros et simples citoyens qui ont souffert, qui ont vaillamment affronté « la mort qu’ils ont préférée à la honte »  pour instaurer la République, de rester debout pour défendre ses acquis contre toute confusion, amalgame ou tentative de réécrire l’histoire.

                     

Bamako, le 10 septembre 2013

L’Association REPERES P/O

                                                                                        

 Le Bureau

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé