mis à jour le

Cour pénale internationale : Ce paradoxe bien kéényan

Le spectacle était beau et l'émotion était au rendez-vous quand, lundi dernier, le vice-président du Kenya, William Ruto  a, tout sourire, dit au revoir à ses accompagnateurs avant de prendre l'avion pour  La Haye afin de répondre à la convocation de la Cour pénale internationale. Accusé d'être impliqué dans l'organisation de violences politico-ethniques en décembre 2007, il joue en fait au précurseur pour son président, Uhuru Kenyatta, qui doit aller répondre du même crime et au même endroit en novembre prochain. En attendant, hier mardi, William Ruto s'y est présenté en costume gris et visiblement détendu devant les juges.

L'Observateur Paalga

Ses derniers articles: Algérie: c'est Bouteflika lui-même qui organise la détestabilisation  Et maintenant les émeutes du courant  Sommet Afrique-Etats-Unis: les moutons noirs de Washington