mis à jour le

Une bombe explose au passage d’un convoi militaire

Une bombe de fabrication artisanale, probablement actionnée à distance, a explosé, dans la nuit de dimanche à lundi, au passage d'un convoi militaire dans la commune d'Aït Agouacha, à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou. Cet attentat terroriste a été perpétré vers 23h, sur la RN15 reliant les villes de Larbaâ Nath Irathen et Aïn El Hammam, précisent des sources concordantes. La déflagration de l'engin criminel a été suivie d'un accrochage entre les soldats de l'ANP et les assaillants, ajoutent les mêmes sources. On parle de cinq militaires blessés dans cette attaque terroriste. D'autres sources font état de militaires tués, mais cette information n'a pas été confirmée au niveau des hôpitaux de Aïn El Hammam, de Larbâa Nath Irathen et de Tizi Ouzou. En réaction immédiate à cet attentat, les troupes de l'ANP stationnées dans la commune d'Aït Agouacha ont enclenché une vaste opération de recherche dans les maquis environnants. L'attaque, qui a ciblé un convoi militaire dans la localité d'Aït Agouacha, intervient quelques semaines après la mort de trois policiers dans un guet-apens tendu par un groupe islamiste à la périphérie de la ville d'Azeffoun. L'assassinat de ces trois éléments de la sûreté de daïra d'Azeffoun a fait réagir la population de la région, qui a manifesté son ras-le-bol du terrorisme et de l'insécurité. D'ailleurs, des milliers de personnes ont pris part à une imposante marche organisée dans cette ville côtière. Quelques jours avant l'attentat sanglant d'Azeffoun, un officier de l'ANP avait été tué par des terroristes à un faux barrage sur la route de Yakouren, à l'est de la wilaya de Tizi Ouzou. Ces deux actions terroristes dénotent un retour violent de la horde intégriste après une longue accalmie, marquée notamment par de nombreux coups de filet réalisés par les forces de sécurité. Plusieurs membres de l'ex-GSPC ont été mis hors d'état de nuire, notamment dans les versants nord et est de la wilaya de Tizi Ouzou, comme les quatre terroristes abattus, en mai dernier, dans la commune d'Iflissen. Un autre sbire de l'ex-GSPC, l'émir Bouayache, a été éliminé quelques jours plus tard dans la région des Aghribs. Par ailleurs, dans la nuit dimanche, un terroriste a été abattu dans une embuscade tendue par les forces de sécurité à Sidi Ali Bounab, sur les hauteurs de Tadmaït, à une vingtaine de kilomètres à l'est de Tizi Ouzou. Une arme de type kalachnikov, des chargeurs, des munitions et une grenade ont été récupérés lors cette opération, tandis que le corps du terroriste éliminé a été acheminé à la morgue du CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou, où il est en cours d'identification.                                               

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

bombe

AFP

Egypte: deux policiers tués dans un attentat

Egypte: deux policiers tués dans un attentat

AFP

Nigeria: l'explosion accidentelle d'une bombe dans un commissariat fait un mort

Nigeria: l'explosion accidentelle d'une bombe dans un commissariat fait un mort

AFP

Somalie: l'explosion

Somalie: l'explosion

militaire

AFP

Mali: décès d'un militaire français blessé vendredi

Mali: décès d'un militaire français blessé vendredi

AFP

Chef militaire de l'ex-rébellion tué au Mali: le gouvernement déplore une "mort accidentelle"

Chef militaire de l'ex-rébellion tué au Mali: le gouvernement déplore une "mort accidentelle"

AFP

Mali: le chef militaire de l'ex-rébellion tué par l'explosion d'une mine

Mali: le chef militaire de l'ex-rébellion tué par l'explosion d'une mine