mis à jour le

Khalifa Sow

Le CIO a décidé, dimanche dernier, de réintégrer la lutte dans le programme olympique, aux Jeux de 2020, attribués la veille à Tokyo, et à ceux de 2024. Le retour de ce sport ancestral suscite de l'espoir au Sénégal qui a un grand nombre de pratiquants. Selon Khalifa Sow, arbitre de lutte, le Sénégal pourrait gagner à travers cette discipline, s'il y a un investissement à long terme.

«Aux millions de lutteurs, supporteurs et amateurs à travers le monde qui se sont rassemblés pour sauver la lutte olympique, je veux dire un très grand merci», a déclaré Nenad Lalovic, le président de la Fédération internationale de lutte (FILA) sur le site de Rfi. C'est la satisfaction également au Sénégal qui a plus de 3000 licenciés dans cette discipline. Acteur de la promotion de la lutte sénégalaise, Khalifa Sow par ailleurs, arbitre, pense déjà à la place du Sénégal dans le gotha de cette discipline à l'international. «La lutte est un sport roi au Sénégal. Tout le monde la pratique. C'est donc une aubaine pour notre pays de faire valoir ses compétences dans ces grandes compétitions», s'est-il réjoui.

Au regard de ce qu'a montré Isabelle Sambou lors des Jeux Olympiques de Londres, l'arbitre de lutte est confiant quant à un exploit du Sénégal dans ces grands événements. Comme argument, Khalifa Sow se focalise sur le potentiel de nos lutteurs pour décrire les chances du Sénégal. Cependant, il y a un minimum à assurer, a-t-il fait remarquer. «Il va falloir faire la promotion de cette forme de discipline. On n'a pas besoin de grand-chose pour s'adapter. C'est juste une continuité. Dans ces grandes compétitions, il y a deux formes de lutte : la lutte gréco-romaine et la lutte libre. Ces deux formes de lutte sont tout à fait pratiquées chez nous. Donc, on ne devrait pas avoir de problème», a-t-il précisé.
Il n'y a pas de souci à se faire quant à la conformité de la lutte sénégalaise à celle validée pour les JO, a en croire Khalifa Sow. Le succès, selon lui, viendrait d'un investissement accru, ce qui va générer des retombées dans le haut niveau. Pour cela, l'Etat doit mettre la main à la poche. «Il faut un investissement à long terme au moins de 4 ans. Et surtout revoir la politique de prise en charge. Le manque de moyen et d'infrastructure peut être la faiblesse de notre pays à ne pas s'épanouir dans ces compétitions», a-t-il martelé.

Issiaka TOURE


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

lutte

AFP

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

AFP

Ahmed Kathrada, discret héros de la lutte contre l'apartheid

Ahmed Kathrada, discret héros de la lutte contre l'apartheid

AFP

Au Zimbabwe, la lutte des veuves spoliées par leur belle-famille

Au Zimbabwe, la lutte des veuves spoliées par leur belle-famille

programme

AFP

Programme chargé pour Macron au Mali

Programme chargé pour Macron au Mali

AFP

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo

AFP

Afrique du Sud: coup d'arrêt pour le futur programme nucléaire

Afrique du Sud: coup d'arrêt pour le futur programme nucléaire

olympique

AFP

Athlétisme: mariage de la championne olympique Caster Semenya avec sa compagne

Athlétisme: mariage de la championne olympique Caster Semenya avec sa compagne

AFP

Taekwondo: la nouvelle vie du médaillé d'or olympique Cheick Cissé

Taekwondo: la nouvelle vie du médaillé d'or olympique Cheick Cissé

AFP

JO-2016 - L'étau se resserre sur le Comité olympique kényan après les faux-pas de Rio

JO-2016 - L'étau se resserre sur le Comité olympique kényan après les faux-pas de Rio