mis à jour le

Khalifa Sow

Le CIO a décidé, dimanche dernier, de réintégrer la lutte dans le programme olympique, aux Jeux de 2020, attribués la veille à Tokyo, et à ceux de 2024. Le retour de ce sport ancestral suscite de l'espoir au Sénégal qui a un grand nombre de pratiquants. Selon Khalifa Sow, arbitre de lutte, le Sénégal pourrait gagner à travers cette discipline, s'il y a un investissement à long terme.

«Aux millions de lutteurs, supporteurs et amateurs à travers le monde qui se sont rassemblés pour sauver la lutte olympique, je veux dire un très grand merci», a déclaré Nenad Lalovic, le président de la Fédération internationale de lutte (FILA) sur le site de Rfi. C'est la satisfaction également au Sénégal qui a plus de 3000 licenciés dans cette discipline. Acteur de la promotion de la lutte sénégalaise, Khalifa Sow par ailleurs, arbitre, pense déjà à la place du Sénégal dans le gotha de cette discipline à l'international. «La lutte est un sport roi au Sénégal. Tout le monde la pratique. C'est donc une aubaine pour notre pays de faire valoir ses compétences dans ces grandes compétitions», s'est-il réjoui.

Au regard de ce qu'a montré Isabelle Sambou lors des Jeux Olympiques de Londres, l'arbitre de lutte est confiant quant à un exploit du Sénégal dans ces grands événements. Comme argument, Khalifa Sow se focalise sur le potentiel de nos lutteurs pour décrire les chances du Sénégal. Cependant, il y a un minimum à assurer, a-t-il fait remarquer. «Il va falloir faire la promotion de cette forme de discipline. On n'a pas besoin de grand-chose pour s'adapter. C'est juste une continuité. Dans ces grandes compétitions, il y a deux formes de lutte : la lutte gréco-romaine et la lutte libre. Ces deux formes de lutte sont tout à fait pratiquées chez nous. Donc, on ne devrait pas avoir de problème», a-t-il précisé.
Il n'y a pas de souci à se faire quant à la conformité de la lutte sénégalaise à celle validée pour les JO, a en croire Khalifa Sow. Le succès, selon lui, viendrait d'un investissement accru, ce qui va générer des retombées dans le haut niveau. Pour cela, l'Etat doit mettre la main à la poche. «Il faut un investissement à long terme au moins de 4 ans. Et surtout revoir la politique de prise en charge. Le manque de moyen et d'infrastructure peut être la faiblesse de notre pays à ne pas s'épanouir dans ces compétitions», a-t-il martelé.

Issiaka TOURE


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

lutte

AFP

Au Zimbabwe, la lutte des veuves spoliées par leur belle-famille

Au Zimbabwe, la lutte des veuves spoliées par leur belle-famille

AFP

Lutte contre le réchauffement: pas de retour en arrière, pour le président de la COP22

Lutte contre le réchauffement: pas de retour en arrière, pour le président de la COP22

AFP

Sénégal: hommage unanime

Sénégal: hommage unanime

programme

AFP

Rwanda: un programme de médicaments à «prix abordables»

Rwanda: un programme de médicaments à «prix abordables»

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

AFP

Afrique du Sud: Lonmin programme 6.000 suppressions d'emplois dans ses mines de platine

Afrique du Sud: Lonmin programme 6.000 suppressions d'emplois dans ses mines de platine

olympique

AFP

Athlétisme: mariage de la championne olympique Caster Semenya avec sa compagne

Athlétisme: mariage de la championne olympique Caster Semenya avec sa compagne

AFP

Taekwondo: la nouvelle vie du médaillé d'or olympique Cheick Cissé

Taekwondo: la nouvelle vie du médaillé d'or olympique Cheick Cissé

AFP

JO-2016 - L'étau se resserre sur le Comité olympique kényan après les faux-pas de Rio

JO-2016 - L'étau se resserre sur le Comité olympique kényan après les faux-pas de Rio