mis à jour le

Tunisie: deux jihadistes d'Ansar Ashariaa tués et deux arrêtés

Deux islamistes jihadistes appartenant au mouvement Ansar Ashariaa, organisation terroriste selon les autorités tunisiennes, ont été tués lundi et deux autres arrêtés dans la banlieue ouest de Tunis, a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur.

"Deux jihadistes terroristes d'Ansar Ashariaa ont été tués et deux autres arrêtés lundi matin dans la banlieue ouest, où la brigade anti-terroriste continue une opération de ratissage", a-t-on précisé.

Les deux hommes arrêtés, identifiés comme Mohamed Khiari et Mohamed Aouadi, dirigent la branche militaire d'Ansar Ashariaa, un groupe soupçonné d'être impliqué dans l'assassinat de deux opposants tunisiens Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, selon la même source.

Dans un communiqué, le ministère précise que les deux "terroristes", dont Adel Saïdi "un élément dangereux", ont été tués à la suite d'un échange de tirs massifs. L'autre homme n'a pas été encore identifié, a-t-on ajouté.

Le chef du gouvernement tunisien, l'islamiste Ali Larayedh, a récemment affirmé qu'Ansar Ashariaa était lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), accusant ce groupe d'être responsable des actes "terroristes" les plus retentissants depuis la révolution de 2011.

Mais l'organisation affirme n'avoir "aucun lien avec des groupes à l'étranger" tout en exprimant sa "loyauté aux principes du jihad et aux formations jihadistes dans le monde".

Confronté à l'essor de l'islamisme radical et à des groupes armés liés à Al-Qaïda, le gouvernement a récemment durci sa position vis-à-vis des salafistes après avoir été longtemps taxé de laxisme.

L'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi le 25 juillet, que les autorités imputent à des jihadistes, a en outre plongé la Tunisie dans une crise politique. 

L'opposition exige la démission du gouvernement, certains réclamant également la dissolution de l'Assemblée nationale constituante (ANC) dont les travaux ont été suspendus après son boycott par plusieurs députés, ce que la coalition au pouvoir refuse.  

Les islamistes d'Ennahda proposent à la place d'élargir la coalition au pouvoir, et d'organiser des élections le 17 décembre.

Le gouvernement actuel est accusé d'avoir failli sur le plan sécuritaire face à l'essor de la mouvance jihadiste, mais aussi dans le domaine économique, alors que les revendications sociales étaient au coeur de la révolution de janvier 2011.

AFP

Ses derniers articles: RDC: quatre artistes-peintres libérés après six jours de détention  Libye: des membres de la mission de l'ONU brièvement enlevés  Burkina: manifestation de policiers radiés demandant leur réintégration 

jihadistes

AFP

Mali: une école saccagée et incendiée par des jihadistes présumés

Mali: une école saccagée et incendiée par des jihadistes présumés

AFP

Tchad: 9 soldats et 40 jihadistes tués dans une attaque de Boko Haram

Tchad: 9 soldats et 40 jihadistes tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Mali/Burkina: l'opération française contre des jihadistes "pas terminée"

Mali/Burkina: l'opération française contre des jihadistes "pas terminée"