mis à jour le

Djibouti : ville propre?

OPÉRATION VILLE PROPRE : UNE MAN¼UVRE ORCHESTRÉE PAR LE RÉGIME POUR PUNIR LES SYMPATHISANTS DE L'USN.

 

A l'initiative du Ministre de l'Intérieur, une opération baptisée ville propre destinée à faire déguerpir les petits commerces en centre-ville a été déclenchée le 17 août 2013.

Des centaines de personnes vivant du secteur informel se retrouvent subitement sans ressources car leur moyen de subsistance a été détruit par les forces de l'ordre.

Que cache cette opération sur-médiatisée et quelles en sont les conséquences sur la vie de cette population à majorité très modeste ?

Décryptage.

Djibouti est l'un des pays les plus pauvres au monde. Dépourvu de ressources naturelles, l’une de ses principales sources de revenus est constituée par les redevances des installations militaires.

De récentes études diligentées par des organismes indépendants révèlent que 80% de la population Djiboutienne vit dans la pauvreté dont plus de 40% relevant de l'extrême pauvreté. Les gens sans emploi, ne trouvant point de moyens de subsistance pour nourrir leurs familles, se tournent alors vers le commerce informel. Celui-ci augmente sans cesse car il permet de nourrir un nombre important de personnes (approximativement entre 50 000 et 100 000) et il arrange tout le monde car chacun y trouve son compte

Puis soudain, une décision hâtive du ministre de l'intérieur tombe comme un couperet. Celle-ci vise à déloger ces pauvres citoyens honnêtes sans leur proposer d'alternative efficace.

L'opération commence, tôt le matin, en ce jour du 17 août 2013. Les forces de l'ordre détruisent leurs biens, devant ces pauvres gens impuissants.

Cela constitue tout bonnement une atteinte grave à la dignité humaine. Les initiateurs de ce projet cherchent à détourner l'attention de la communauté internationale sur la faillite du système. Lequel a appauvri la population et continue à l'asservir par la mise en place de programmes stupides. Cela dure depuis 36 ans.

La réalité est que nos dirigeants sont incapables de faire face aux vraies difficultés de la population. On peut citer parmi tant d'autres : le problème de l'électricité, le manque d'eau potable dans les robinets, la cherté de la vie devenant de plus en plus insupportable et la liste n'est pas exhaustive.

Impuissants, au lieu de s'attaquer aux vrais maux, les tenants du pouvoir privilégient la violence et préfèrent s'attaquer aux plus faibles en anéantissant leurs maigres sources de revenus. Ceci est tout simplement scandaleux !

Cette décision inhumaine cache vraisemblablement des motivations politiques. Il faut savoir que les personnes touchées par cette mesure sont largement des sympathisants de l'USN, coalition politique de l'opposition ayant remporté les dernières élections législatives.

Il est évident que cet acharnement vise notamment à punir les supporteurs de l'opposition qui ont sanctionné le régime lors du dernier scrutin législatif. Mais, force est de constater que cette voie est périlleuse et risquerait de précipiter le pays dans un chaos indescriptible. Il apparaît d'ores et déjà que ces braves gens injustement privés de leur gagne-pain s'organisent pour manifester contre les forces de l'ordre qui occupent sans ménagement en ce moment même leurs lieux de négoce.

Dans ces conditions, il faut s'attendre à un embrasement avec son  corollaire d'instabilité.

Le dialogue politique entamé ces derniers temps entre l'opposition et le gouvernement a redonné un peu d'espoir à la population qui attend un règlement définitif de la crise politique à Djibouti.

Les petits commerçants victimes de cette mesure ministérielle inique qui vient de les viser fondent aussi beaucoup d'espoir sur l'issue de ces pourparlers et la fin de leur calvaire.

En conclusion, nous pensons qu'il serait judicieux que les autorités publiques reconsidèrent leur décision de s'en prendre aux personnes démunies. En ce qui concerne ces petits commerces, la distribution de terrains leur permettant d'écouler leurs marchandises sans craindre la violence des forces de l'ordre parait la voie la plus raisonnable. Il y va de l'intérêt du pays et de sa stabilité

MANSOULE ALI GABA

 

Slate Afrique les blogs

Ses derniers articles: Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Egypte: hommage paradoxal aux manifestants anti-régime militaire 

Djibouti

AFP

Ethiopie: inauguration d'un train chinois pour relier Addis Abeba au port de Djibouti

Ethiopie: inauguration d'un train chinois pour relier Addis Abeba au port de Djibouti

AFP

Le chanteur d’Iron Maiden aux commandes du premier vol passager d’Air Djibouti

Le chanteur d’Iron Maiden aux commandes du premier vol passager d’Air Djibouti

AFP

Le développement de Djibouti lié

Le développement de Djibouti lié

ville

AFP

Les meurtres ethniques déchirent une ville sud-soudanaise

Les meurtres ethniques déchirent une ville sud-soudanaise

AFP

Tunisie: marginalisée, la ville de Kasserine demande réparation

Tunisie: marginalisée, la ville de Kasserine demande réparation

AFP

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique