mis à jour le

Des familles réclamant le procès d'Abdallah al-Senoussi , septembre 2012 / Reuters
Des familles réclamant le procès d'Abdallah al-Senoussi , septembre 2012 / Reuters

Libye: qui était vraiment derrière l'enlèvement de la fille d'al-Senoussi?

La fille de l'ex-chef des renseignements libyens a été libéré ce week-end après un rapt d'une semaine.

Anous al-Senoussi, la fille de l'ancien chef des services de renseignements libyens, enlevée lundi à sa sortie de prison, a été libérée samedi soir et a pu se rendre dans le sud du pays, a indiqué dimanche à l'AFP un membre de sa tribu.

Elle «a été libérée hier soir (samedi) et elle se trouve actuellement en sécurité chez des membres de sa famille à Brak al-Chati (sud)», a déclaré Abdelkader Belgacem, membre de la tribu al-Maguerha.

Selon M. Belgacem, «Anoud doit rester quelque temps dans le Sud avant de se rendre en Egypte pour rejoindre sa mère et sa sœur».

Le ministre de la Justice avait annoncé lundi l'enlèvement d'Anoud al-Senoussi à sa sortie de prison par «des hommes armés enturbannés, qui circulaient à bord de cinq véhicules».

Mais une unité des forces de sécurité a affirmé jeudi avoir organisé le rapt d'Anoud afin de déjouer un plan visant à son enlèvement, mis sur pied par «d'autres parties» qui voulaient «la monnayer».

Cette unité de sécurité est affiliée à la Haute commission de sécurité (HCS), composée d'ex-rebelles et relevant du ministère de l'Intérieur.

Les autorités avaient décidé de dissoudre cette Commission, formée au lendemain de la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011 pour assurer la sécurité dans le pays, mais ne sont jamais parvenues à mettre à exécution cette décision.

Anoud al-Senoussi, âgée d'une vingtaine d'année, venait d'être libérée après avoir purgé une peine de dix mois de prison pour être entrée dans le pays avec un passeport falsifié.

Le père d'Anoud, Abdallah al-Senoussi, beau-frère de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi et ancien chef des services de renseignements libyens, est détenu en Libye et fait objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité commis lors de la révolte ayant entraîné la chute de l'ancien régime en 2011.

Slate Afrique avec AFP

AFP

Ses derniers articles: JO-2018/Bobsleigh: qualification de l'équipe féminine du Nigeria, une première pour l'Afrique  Crise au Togo: la mobilisation tient bon, tractations pour un dialogue  Kenya: au moins trois morts dans de nouvelles violences 

renseignements

AFP

L'armée kényane dit avoir tué le chef des renseignements des islamistes shebab

L'armée kényane dit avoir tué le chef des renseignements des islamistes shebab

AFP

Kenya: l'armée affirme avoir tué le chef des renseignements des shebab

Kenya: l'armée affirme avoir tué le chef des renseignements des shebab

AFP

Somalie: un chef des renseignements shebab tué dans une frappe américaine

Somalie: un chef des renseignements shebab tué dans une frappe américaine

Abdallah al-Senoussi

justice

La Libye face à ses procès

La Libye face à ses procès

Libye

Le Maroc a-t-il facilité la fuite des kadhafistes?

Le Maroc a-t-il facilité la fuite des kadhafistes?

Abdallah al-Senoussi

Libye: Que cache l'âme damnée de Kadhafi?

Libye: Que cache l'âme damnée de Kadhafi?

CPI

AFP

Le Burundi devient le premier pays

Le Burundi devient le premier pays

AFP

Gabon/violences post-électorales: le gouvernement rejette toute autre "enquête internationale" que la CPI

Gabon/violences post-électorales: le gouvernement rejette toute autre "enquête internationale" que la CPI

AFP

Burundi: l'ONU presse la CPI d'enquêter sur des crimes contre l'humanité

Burundi: l'ONU presse la CPI d'enquêter sur des crimes contre l'humanité