mis à jour le

Ces questions que vous n’osez pas poser sur la Syrie (3/3)

Si vous vous posez des questions sur la Guerre Civile en Syrie ou même sur la Syrie en général, nous vous proposons de répondre le plus simplement possible à certaines d'entre elles. (Texte traduit de l'anglais - Washington Post)

La semaine dernière, nous vous proposions la première et deuxième partie des huit questions que l'on n'ose pas poser sur la Syrie. Voici la suite et fin.

8- Quel est le problème avec les armes chimiques ? Al-Assad a déjà tué 100,000 personnes à coups de balles et de bombes, pourquoi alors s'inquiéter pour les 1000 autres personnes qui mourront peut-être asphyxiées ? 

Vous n'êtes certainement pas les premiers à vous poser cette question. Depuis quelques années, des institutions sont chargées d'imposer des règles qui régissent les guerres, pour les rendre moins sanglantes. Ces règles sont rarement respectées. Cependant, la règle régissant l'utilisation des armes chimiques a fait l'unanimité, et est devenue une norme essentielle à prendre en considération pendant une guerre. Il est donc important de la préserver. Envoyer quelques missiles ne coûte pas si cher et aidera à maintenir cette norme en vigueur.

Mais vous n'avez pas répondu à ma question. Pourquoi est-ce qu'on devrait préserver cette norme ?

L'usage des armes chimiques a été interdit en 1925 par la convention de Genève. Il a été conclu que ces armes étaient très efficaces pour tuer des civils, mais ne l'étaient certainement pas pour gagner une guerre. Dites vous bien que dans une guerre où les deux adversaires possèdent des armes également meurtrières, le bilan humain sera plus lourd. De plus, vu que les adversaires sont égaux en terme d'armement, personne ne gagnera au final. De ce fait, il est essentiel pour tous les pays de faire la promesse de ne pas utiliser ce genre d'attirail dans une guerre. C'est pour cela que l'administration Obama veut lancer des missiles sur la Syrie, même si ça ne changera rien à la situation. C'est une question de principes.

9- Salut, il y a avait trop à lire alors je suis directement descendu à la dernière question. Que va-t-il se passer ?

Sur le court terme il y a une possibilité que les Etats-Unis envoient des missiles contre la Syrie. Ce dont nous sommes sûrs cependant, sur le long terme, c'est que:

  • Le massacre va se poursuivre, probablement encore des années. Il n'y a personne pour signer un accord de paix dans le camp des rebelles. Les civils continueront à aller se réfugier dans des pays voisins, causant une instabilité et une crise humanitaire à leur passage.
  • La Syrie comme nous la connaissions ne sera certainement plus. Reconstruire un Etat après ce que la Syrie a enduré sera très dur. Rétablir un contrat social le sera encore plus.
  • La Russie continuera à bloquer une action internationale, qui ne sert à rien de toute façon. Les Etats-Unis essaieront peut-être de mettre la pression sur Moscou et de la cajoler pour qu'elle change d'avis, mais je ne vois pas ce qu'ils peuvent offrir de plus aux Russes que ce que la Syrie leur offre déjà.
  • À un certain moment, le conflit se calmera. Les deux parties n'auront plus la force de continuer. Un messager de la paix pourra alors être envoyé sur place. Le meilleur modèle est celui du Liban qui après 15 ans de guerre civile s'en est remis doucement.

(Texte traduit de l'anglais - Washington Post - Relire la première et la deuxième partie de l'article)

The post Ces questions que vous n’osez pas poser sur la Syrie (3/3) appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

Syrie

AFP

Jihadistes: leur nombre a doublé en Libye, mais décline en Syrie et en Irak

Jihadistes: leur nombre a doublé en Libye, mais décline en Syrie et en Irak

AFP

Plus de combattants de l'EI en Libye, moins en Irak et Syrie

Plus de combattants de l'EI en Libye, moins en Irak et Syrie

AFP

Tunisie: 700 femmes ont rejoint des groupes jihadistes en Syrie

Tunisie: 700 femmes ont rejoint des groupes jihadistes en Syrie