mis à jour le

Tunisie: manifestation pour réclamer le départ du gouvernement

Plusieurs milliers de Tunisiens ont manifesté samedi soir au Bardo, près de Tunis, pour réclamer la chute du gouvernement dirigé par le parti islamiste Ennahda, quarante jours après l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi. 

La foule s'est rassemblée à Bab Saadoun aux portes de Tunis, avant de défiler jusqu'à la place du Bardo, devenue théâtre de protestations quasi permanentes depuis la mort du député, le 25 juillet.

"Le sang a coulé, plus de légitimité pour Ennahda", "Brahmi martyr, sur tes pas nous marcherons", "A bas les oppresseurs du peuple, à bas la bande des Frères", a scandé la foule, référence aux liens entre Ennahda et les Frères musulmans en Egypte.

La famille de M. Brahmi et les proches de Chokri Belaid, un autre opposant de gauche assassiné en février dernier ont pris la tête de la marche, soigneusement encadrés par la police.

De nombreux manifestants brandissaient des drapeaux tunisiens et des portraits de Mohamed Brahmi, dont l'assassinat a plongé la Tunisie dans une profonde crise politique.

Le meurtre des deux opposants a été attribué par les autorités à des salafistes jihadistes liés à Al Qaida, qui ne les a pas revendiqués.

Certains de leurs proches accusent Ennahda d'être responsable des deux assassinats, ce que dément régulièrement le parti islamiste.

La veuve de Mohamed Brahmi a fait savoir que les représentants du gouvernement étaient indésirables aux cérémonies commémoratives, et a appelé à la chute du gouvernement.

Le Front du salut national (FSN) qui chapeaute le mouvement de protestation a affirmé que la date symbolique du 40e jour depuis le décès de Brahmi --qui marque la fin du deuil-- signifiait une "nouvelle étape de mobilisation" pour la chute du cabinet et la dissolution de l'Assemblée nationale constituante (ANC).

"Nous allons mettre la pression et mobiliser les régions, plus de dialogue jusqu'au départ de ce gouvernement", a déclaré à l'AFP Samir Ettaieb, député dissident et dirigeant de gauche.

L'opposition exige la démission du gouvernement, et certains réclament également la dissolution de l'ANC, dont les travaux ont été suspendus après son boycott par plusieurs députés.

Les islamistes ont rejeté ces revendications, proposant à la place d'élargir la coalition au pouvoir, et d'organiser des élections le 17 décembre.

Favorable à la chute du cabinet, mais opposée à la dissolution de l'ANC, la centrale syndicale (UGTT) a mobilisé pour le rassemblement et tente une médiation laborieuse entre Ennahda et la coalition d'opposition, allant de l'extrême gauche au centre droit.

Beji Caïd Essebsi, le chef de Nidaa Tounes, principal rival d'Ennahda, a affirmé son engagement avec le FSN "pour sortir la Tunisie de l'ornière" et "dévoiler les commanditaires de l'assassinat de nos martyrs", a-t-il martelé en direction de la foule.

Le chef du Parti de Gauche français, Jean-Luc Mélenchon a fait le déplacement à Tunis pour rendre un hommage posthume à Mohamed Brahmi. Une place et une avenue lui ont été dédiées à la cité El Ghazala, près de son domicile, là où il avait été abattu de 14 balles tirées à bout portant.

AFP

Ses derniers articles: Cri d'alarme pour l'éléphant de forêt d'Afrique centrale  Côte d'Ivoire: ouverture mardi du procès des "disparus du Novotel"  Guinée: au moins 5 morts lors de manifestations 

Manifestation

AFP

Côte d'Ivoire: dispersion d'une manifestation des souscripteurs des sociétés d'agrobusiness

Côte d'Ivoire: dispersion d'une manifestation des souscripteurs des sociétés d'agrobusiness

AFP

Côte d'Ivoire: une manifestation de producteurs de cacao dispersée

Côte d'Ivoire: une manifestation de producteurs de cacao dispersée

AFP

Nigeria: manifestation contre la politique du gouvernement

Nigeria: manifestation contre la politique du gouvernement

gouvernement

AFP

Kenya: le gouvernement veut la libération des syndicalistes médicaux

Kenya: le gouvernement veut la libération des syndicalistes médicaux

AFP

Libye: le gouvernement dénonce la formation d'une armée "parallèle"

Libye: le gouvernement dénonce la formation d'une armée "parallèle"

AFP

Tensions en Afrique du Sud entre gouvernement et groupes miniers

Tensions en Afrique du Sud entre gouvernement et groupes miniers