mis à jour le

Services financiers : Bientôt un salon international

Ouagadougou se prépare à abriter à partir de mai 2014 un autre salon d'envergure internationale. Il s'agit du salon international des services financiers dénommé « FINANCIA ». De l'organisation et des autres aspects de l'événement, le président du comité d'organisation, Hamidou Gnessien, par ailleurs directeur général de Osiris- Communication, parle dans l'entretien qu'il nous a accordé. Interview.

Lefaso.net : Vous êtes en train de préparer un Salon dans le secteur financier. De quoi s'agit-il ?

Hamidou Gnessien : Le salon que nous sommes en train de préparer se nomme « FINANCIA ». FINANCIA est un salon international à l'instar du FESPACO, du SIAO, des NAK (Nuits atypiques de Koudougou). La spécificité de notre Salon par rapport aux autres événements cités, c'est que c'est un salon qui concerne le monde financier.

Lefaso.net : Pourquoi la dénomination FINANCIA, parce que vous auriez pu dire aussi ''FINANCIO'' ?

HG : C'est un choix que nous avons fait. Comme tout choix, on peut toujours le discuter. Mais, c'est ce que nous avons retenu en dernier ressort. Je veux dire que ç'a été tout un processus pour arriver à ce nom « FINANCIA ».

Lefaso.net : Qu'est-ce que justifie votre initiative ?

HG : L'idée vient du fait que, de plus en plus, la problématique du financement des petites et moyennes entreprises (PME), des petites et moyennes industries (PMI) se pose. Il fallait trouver un moyen pour pouvoir rapprocher tout ce monde du secteur des PME/PMI des différentes structures et institutions de financement afin de leur permettre d'échanger sur la problématique. D'où, donc, l'initiative de ce salon.

Lefaso.net : Quels sont les acteurs impliqués dans votre projet ?

HG : Plusieurs acteurs sont impliqués dans ce salon. Il s'agit des banques, des établissements financiers et de leur association, des systèmes financiers décentralisés. Sont aussi concernées les sociétés d'assurance parce que pour bénéficier d'un prêt il faut que le prêt soit assuré. En outre, nous allons également impliquer la Chambre de commerce et d'Industrie, sans oublier la Maison de l'entreprise. Nous sommes en train de discuter avec ces différentes institutions pour voir dans quelle mesure chacun pourra faire ses observations, apporter sa contribution pour que nous puissions tenir la première édition du salon dans des conditions satisfaisantes.

Lefaso.net : Le Salon est-il prévu pour quand et où ?

HG : Le salon est prévu pour se dérouler du 10 au 31 mai 2014 à Ouagadougou, dans l'enceinte du SIAO.

Lefaso.net : Quelles sont les activités que vous avez envisagées pour la première édition de FINANCIA ?

HG : Il y aura des expositions qui se dérouleront du 20 au 25 mai 2014 sur le site du SIAO. Parallèlement à ces expositions, nous avons prévu un colloque international. Nous allons inviter d'éminents chercheurs, d'éminents intellectuels qui vont venir réfléchir sur la problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso et en Afrique. Nous sommes en train de préparer un appel à communiqué que nous allons publier très prochainement.

Lefaso.net : Quel est le thème du Salon ?

HG : Le thème central du Salon est : « Services financiers et croissance économique : quelles perspectives pour un développement humain durable ». Nous déclinerons ce thème central en huit communications. Nous allons spécifier les différentes communications et ce que nous attendons des communicateurs. Nous ferons également un résumé de toutes ces communications que nous mettrons à la disposition des institutions de financement, de la presse et à la disposition de l'Etat.

Lefaso.net : Où en êtes-vous, à ce jour, avec l'organisation ?

HG : Le Comité d'organisation est mis en place depuis janvier 2012. Nous travaillons ensemble jusqu'à présent. Nous avons envoyé des correspondances à l'ensemble des acteurs que nous souhaitons impliqués. Les choses se passent très bien. Nous attendons toujours quelques réactions. Nous attendons aussi des sponsors parce que, quoiqu'on dise, c'est un salon qui est budgétivore. Nous avons donc besoin du soutien des sponsors.

Lefaso.net : Rencontrez-vous des difficultés ?

HG : A ce stade de l'organisation du salon, nous rencontrons quand même des difficultés. C'est la première édition et nous faisons face à quelques réticences. Mais, avec notre détermination et l'appui des structures, des personnes qui nous soutiennent, nous avons bon espoir de nous en sortir.

Lefaso.net : Avez-vous le soutien du ministère de l'Economie et des Finances ?

HG : Nous avons pris contact avec les premiers responsables du ministère de l'Economie et des Finances. Nous avons rencontré le ministre Lucien N. Bembamba. Il nous a encouragés pour l'originalité de l'initiative. Au-delà du MEF, nous avons également écrit à d'autres institutions comme le ministère du commerce, le ministère de la jeunesse ou le conseil économique et social, etc.

Lefaso.net : A combien estimez-vous le coût de l'organisation de votre Forum ?

HG : Actuellement, le coût du projet est estimé à 240 millions de francs CFA.

Lefaso.net : Et les participants, combien seront-ils ?

HG : Nous attendons au moins cent personnes puisque nous avons prévu cent stands pour les expositions.

Lefaso.net : De quels pays viendront les participants au Salon ?

HG : Notre salon va concerner l'ensemble des pays de l'UEMOA. Il ne concernera pas que le Burkina. Etant donné que la majorité des banques et établissements financiers sont non seulement représentés au Burkina mais aussi dans les autres pays de l'Union, ce sera donc l'occasion de les inviter pour que ces différentes structures viennent présenter leurs services aux participants du Salon. Ce sera un cadre d'échange et de partage d'expériences. Tous les pays de l'UEMOA seront invités à ce salon.

Nous attendons beaucoup de ce salon, nous attendons également la contribution de tous ceux qui pensent qu'on peut trouver un autre moyen d'échanges d'expériences pour contribuer à l'amélioration de la compétitivité des PME/PMI car, ce sont ces entreprises qui fondent le socle même de notre économie, à l'instar des autres pays africains. Nous attendons vraiment l'accompagnement de l'ensemble des acteurs du monde financier et nous restons disponibles pour répondre à leurs préoccupations, car le salon est à leur service.

Entretien réalisé par Grégoire B. BAZIE
Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

Ouagadougou

AFP

Burkina: levée des corps des victimes de l'attentat de Ouagadougou

Burkina: levée des corps des victimes de l'attentat de Ouagadougou

AFP

Attentat de Grand-Bassam: un des cerveaux, chef de l'attaque

Attentat de Grand-Bassam: un des cerveaux, chef de l'attaque

AFP

Burkina: Ouagadougou veut relancer la vie nocturne

Burkina: Ouagadougou veut relancer la vie nocturne