mis à jour le

Des citoyens interpellent Sellal

A la veille de la commémoration du 33e anniversaire du violent séïsme de 1980, des habitants de la ville de Chlef invitent le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à venir en visite dans la région  pour constater de visu  «l'état de dégradation avancé du centre-ville et des quartiers périphériques, ainsi que de certains équipements publics». Aussi, ils lui proposent une visite à pied afin qu'il puisse observer que  «rien n'a vraiment changé et que la ville est aussi anarchique et de plus en plus en sale». «Vous remarquerez que le paysage urbain s'est fortement dégradé, que le réseau routier est en très mauvais état et que l'unique place, Sahat Ettadhamoun, symbolisant l'élan remarquable de solidarité nationale et internationale à l'égard des victimes du séisme, est laissée à l'abandon», indique dans sa correspondance Abdelkader Serbah, membre de la société civile. Il dénonce également  «la fermeture inexpliquée» du CREPS régional et des trois piscines publiques dont dispose la ville de Chlef. Son cri de détresse, qui est celui de toute la population asnamie, sera-t-il entendu ? On en saura peut-être plus dans les prochaines semaines.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Sellal

Djamila Ould Khettab

Sellal : Pas d’ouverture des frontières de l’extrême sud du pays

Sellal : Pas d’ouverture des frontières de l’extrême sud du pays

Contributeur AF

Pré-campagne : Saidani est ma bouche, Sellal mes mains, Saïd ma tête… PAR Kamel DAOUD

Pré-campagne : Saidani est ma bouche, Sellal mes mains, Saïd ma tête… PAR Kamel DAOUD

Abdou Semmar

Abdelmalek Sellal : “Parole, parole, parole” !

Abdelmalek Sellal : “Parole, parole, parole” !