mis à jour le

Des travaux ralentissent la circulation automobile

La circulation automobile sur le tronçon autoroutier allant de Lakhdaria à Bouira, long de 33 km, est de plus en plus infernale. Une semaine après le lancement des travaux de mise à niveau, confiés à deux entreprises nationales, les automobilistes à destination de l'est et de l'ouest du pays souffrent le martyre à cause des bouchons et embouteillages interminables, notamment à la rentrée des deux tunnels de Aïn Chriki dans la commune de Djebahia, à l'est de Bouira, et à la rentrée de la ville de Lakhdaria. Aux travaux de réfection en cours, s'ajoute «l'indiscipline» de certains automobilistes qui ne respectent pas la file, créant ainsi une grande anarchie qui ne fait qu'empirer la situation. Pour éviter les embouteillages, certains usagers préfèrent emprunter l'ancienne route de la RN5. Le tronçon reliant Lakhdaria à Bouira est, pour rappel, en dégradation avancée. Une situation qui a nécessité sa réfection. Pour assurer la fluidité de la circulation sur cet axe important, les responsables du secteur, à leur tête l'Agence nationale des autoroutes (ANA), ont procédé à la déviation de la circulation automobile dans plusieurs endroits. Mais la circulation routière est perturbée. Des chantiers ont été mis en place et les travaux ont été entamés dans plusieurs sections. Cependant, la décision prise par le maître d'ouvrage, à savoir le département du ministre Amar Ghoul, de lancer ces travaux coïncidant avec la rentrée sociale, n'est pas réfléchie, attestent de nombreux usagers qui ont précisé qu'ils se trouvent des fois coincés durant plusieurs heures, notamment à proximité des deux tunnels de Aïn Chriki où un chantier est mis en place visant à stabiliser le sol. Un important glissement de terrain avait été enregistré à cet endroit. Pour rappel, le projet en question est confié, de gré à gré, à l'entreprise des travaux publics ETRHB-Haddad pour un montant de 10 milliards de dinars. Une autre entreprise nationale, Alto, a été également retenue pour ce projet. Les «bénéficiaires» de ce marché doivent d'abord «traiter les zones d'instabilité et les sections dégradées et refaire les enrobés au niveau du tronçon», avait confié un responsable de la DTP de Bouira à l'APS. En attendant, l'achèvement de ce projet, les embouteillages et autres désagréments vont durer encore pendant 15 mois.    

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

circulation

AFP

RDC: trois nouveaux robots agents pour réguler la circulation

RDC: trois nouveaux robots agents pour réguler la circulation

chauffards

Pourquoi les Congolais conduisent mal

Pourquoi les Congolais conduisent mal

Dr Vincent Sosthène Fouda

La libre circulation en Afrique centrale n'est pas un décret politique mais une volonté des peuples

La libre circulation en Afrique centrale n'est pas un décret politique mais une volonté des peuples

automobile

AFP

L'Afrique automobile démarre mais la route sera longue

L'Afrique automobile démarre mais la route sera longue

Economie

Le marché automobile en Afrique n'est pas encore tout à fait un eldorado

Le marché automobile en Afrique n'est pas encore tout à fait un eldorado

AFP

Afrique du Sud: vers une reprise de la production automobile

Afrique du Sud: vers une reprise de la production automobile