mis à jour le

Adrar : les citoyens réclament la peine de mort

Des représentants de la société civile ainsi que des citoyens se sont rassemblés, mardi matin, devant le siège de la cour de justice d'Adrar en soutien à la famille de B. A., un jeune homme de 28 ans, assassiné par quatre individus à l'intérieur de son domicile. Ces citoyens exigent aussi de la justice l'application de la peine de mort. C'est ainsi que ces manifestants scandaient plusieurs slogans comme «Mort aux assassins», «Oui à la peine de mort», «Aucune pitié pour les assassins» et d'autres encore. Pour rappel, la victime est décédée suite à plusieurs coups de sabre et de couteau au niveau du c½ur et de la poitrine, selon les éléments de la police judiciaire. Les faits se sont produits le 26 août dernier vers 9h, quand A. A., le présumé assassin, 19 ans, sans emploi, originaire de Tlemcen, avec des antécédents judiciaires, s'est introduit cagoulé au domicile de la victime, situé dans le quartier de Tililane, et qui se trouvait en compagnie de son épouse. Selon les enquêteurs, le mobile du meurtre était le vol, car l'assassin, après son forfait, s'est emparé d'une importante quantité de bijoux, de téléphones portables et d'une somme de 7000 DA. Le tueur a agi avec trois complices qui lui assuraient les arrières dans un véhicule avec lequel ils ont prit la fuite. Nous avons appris que ces délinquants sont des ex-détenus qui auraient bénéficié récemment de la grâce présidentielle. Un autre rassemblement est prévu en début de semaine, mais cette fois-ci au niveau du siège du tribunal d'Adrar.

peine

AFP

Le Liberia, un pays qui peine

Le Liberia, un pays qui peine

AFP

L'Afrique du Sud peine

L'Afrique du Sud peine

AFP

Afrique du Sud:

Afrique du Sud:

mort

AFP

Maroc: le meurtrier d'un député condamné

Maroc: le meurtrier d'un député condamné

AFP

"Femmes mulets": bousculade

"Femmes mulets": bousculade

AFP

Tunisie: nouveaux heurts après la mort d'un homme lors de troubles sociaux

Tunisie: nouveaux heurts après la mort d'un homme lors de troubles sociaux