mis à jour le

Les luttes pacifiques ne coupent pas mais font fondre l’acier

Mohsen Marzouk ,membre du bureu polique du mouvement d’opposition Nidaa Tounes écrit ce vendredi sur son profil Facebook le texte suivant :
« Certains personnes me disent: nous sommes descendus plusieurs fois dans la rue pour vous, maintenant on ne voit pas le bout du tunnel et vous nous avez déçus car la situation ne bouge pas. A ceux là je veux préciser qu’ils ne viennent pas pour « nous » mais pour leur pays, pour leur avenir et celui de leurs enfants. Deuxièmement, ce combat, nous l’avons dit dés le début, ne sera ni facile ni court. C’est une lutte pacifique qui nécessite endurance et force de caractère.

Les luttes pacifiques ne sont pas tranchantes, elles ne coupent pas mais font fondre l’acier. Il y’a un timing à respecter, des alliés, pas aussi impatients que nous, à ménager. Passer d’un stade d’escalade à un autre nécessite la maturation des conditions et des alliés. Si au milieu du processus des possibilités de solution s’offrent, il faut les saisir. Dans la guerre ce sont les armes qui font la différence. En politique, ce sont les changements de situation que couronnent des négociations habiles. Il ne faut surtout pas douter et surtout pas fléchir. La Tunisie mérite encore plus de sacrifices. Elle mérite tous les sacrifices. L’issue de tout ça? il sera positif. J’y crois dur comme fer. »
Nous ajoutons à ce texte un proverbe tunisien souvent cité par Habib Bourguiba père de l’indépendance et fondateur de la Tunisie moderne « Edwaam younkob irrkhaam« 

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes