mis à jour le

A 48 h de Côte d’Ivoire- Maroc : Zokora a quitté la sélection

Didier Zokora, le défenseur central des Eléphants, ne jouera pas samedi contre le Maroc en match comptant pour la 6ème journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2014 de football. Il a quitté la sélection dans la nuit de mercredi à jeudi. L'information a été donnée hier par le sélectionneur national, Sabri Lamouchi, dans une brève déclaration à la salle de conférence de presse du stade Félix Houphouët-Boigny. « La nuit dernière (Mercredi nuit), Maestro a quitté la sélection pour des raisons qui lui sont propres. J'ai appelé plusieurs fois, mais il était injoignable. Je rappelle que personne n'est indispensable à l'équipe nationale. Elle n'appartient à personne », a déclaré Lamouchi avant la séance d'entraînement d'hier.
Le patron de l'encadrement technique des Eléphants n'a donné pas les raisons qui ont motivé le départ de Didier Zokora. Mais selon des indiscrétions, le défenseur central des Eléphants se serait senti frustré du fait que le brassard de capitanat lui ait été retiré pour être rendu à Didier Drogba. Pour l'heure, on ignore s'il est encore à Abidjan ou pas.
Comme on le voit, Maestro vient de monter qu'il y a trop de problèmes de personnes en équipe nationale de Côte d'Ivoire. Les Eléphants vont donc aborder sur fond de crise cette rencontre. Pourvu que cette défection pour le moins inattendue n'ait pas de conséquence fâcheuse sur le résultat de la rencontre contre les Lions de l'Atlas ce samedi.

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Maroc

AFP

France: Amine Harit choisit de jouer pour le Maroc

France: Amine Harit choisit de jouer pour le Maroc

AFP

Leila Slimani s'interroge sur la sexualité au Maroc

Leila Slimani s'interroge sur la sexualité au Maroc

AFP

Mondial-2018: choc Tunisie-RDC, Cameroun, Maroc et Ghana sous pression

Mondial-2018: choc Tunisie-RDC, Cameroun, Maroc et Ghana sous pression