mis à jour le

Palais de justice : Ils vengent leurs femmes avec des gourdins

Quatre frères (Ati, Zézouma, Kadjouba, Moussa) étaient devant les juges du Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso, le vendredi 30 août pour des délits de coups et blessures volontaires, de destruction de biens et d'abatage d'animaux appartenant à Zézouma. Tous des cultivateurs de profession, ils ont commis ces actes suite à une altercation entre leurs femmes et celle du voisin.

Lorsque le juge leur a rappelé ce pourquoi ils comparaissaient à la barre, ils ont feint de ne rien comprendre, mieux, ils ne reconnaissent pas avoir frappé le voisin. Et l'un des juges de dire : « Continuer à mentir. Vous comprendrez votre sentence ». Cette observation amène Ati à passer aux aveux. « Je l'ai frappé, mais je ne savais pas que suite à ces coups, il a eu une fracture au pied », dit-il. Et pour se défendre, Ati explique aux juges qu'il a simplement défendu la femme de leur grand-frère. « Zézouma a frappé la femme de notre frère. Ce que nous n'avons pas pu tolérer », soutient-il. En clair, après l'avoir frappé à domicile, ils sont allés le croiser en chemin et lui ont brisé le pied alors qu'il se rendait à l'hôpital. Les quatre frères, selon les informations reçues par le Tribunal ne sont pas à leur premier forfait. Ils sont en effet, connus dans le village, pour leur tempérament belliqueux. La victime présente à l'audience peinait à se déplacer. Béquille en main, il s'est constitué partie civile en réclamant la somme de 250 000 FCFA pour chacun de ses 5 porcs tués, 150 000 FCFA pour le post-radio détruit, et 500 000 FCFA pour les soins de santé. Le parquet, pour sa part a indiqué que les faits sont établis. Il n'y a pas de doute, s'est-il expliqué, que les prévenus ont porté des coups sur la personne de Zézouma. Aussi, a-t-il poursuivi, les faits sont extrêmement graves. Douze mois de prison ferme seront donc requis contre les quatre frères. Le tribunal, dans sa délibération a retenu effectivement 12 mois contre trois prévenus et 18 mois fermes contre Ati. Ils devront payer la somme de 600 000 FCFA pour la destruction des biens et 500 000FCFA pour les soins.

Il invente une histoire de vol qui le rattrape

Il était reproché à Idrissa, les faits d'abus de confiance portant sur une machine à coudre. Traduit en justice, il a comparu devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Bobo, le vendredi 3 août pour s'expliquer. Idrissa ne reconnaît pourtant pas les faits à lui reprochés. Il dit avoir reçu la visite de voleurs qui ont sans doute emporté la machine qu'Awa (la victime) lui avait prêtée. En effet, c'est dans le cadre de leur collaboration que dame Awa avait mis à la disposition d'Idrissa sa machine pour des fins de travaux de couture. Les deux travailleront donc ensemble. A la suite de son mariage, Awa aurait informé son « collègue » de son désir de reprendre sa machine pour travailler à domicile. Les jours suivants cette information, Idrissa soutient que des voleurs sont venus casser son atelier et n'ont emporté que la seule machine d'Awa. Ce qu'elle trouve anormale. Tentant par tous les moyens de régler les choses à l'amiable, Idrissa refusa toute conciliation. D'où la plainte d'Awa auprès des autorités compétentes. Devant les juges, le prévenu a contesté les faits. Toutefois, soutient le substitut du procureur, la machine lui a été remise à titre de prêt et au moment de la restitution, il n'a pas été capable de la lui rendre, prétextant un vol pour la dissimuler. C'est pourquoi, le parquet a estimé que le prévenu est animé de mauvaises intentions. Pour lui, Idrissa s'est rendu coupable d'actes d'abus de confiance et bien qu'il soit un délinquant primaire, il a requis la peine de 12 mois de prison ferme. Le tribunal, après avoir reçu la constitution de la partie civile qui réclamait 70 000FCFA pour les dommages et intérêts a suivi la requête du parquet.

Rassemblés par Bassératou KINDO

L'Express du Faso

palais

AFP

Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel

Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel

AFP

RD Congo: des policiers isolent le palais de justice de Lubumbashi

RD Congo: des policiers isolent le palais de justice de Lubumbashi

AFP

Guinée: une femme en voile intégral interpellée près du palais présidentiel

Guinée: une femme en voile intégral interpellée près du palais présidentiel

justice

AFP

Agressions sexuelles: la star congolaise Koffi Olomidé renvoyée devant la justice française

Agressions sexuelles: la star congolaise Koffi Olomidé renvoyée devant la justice française

AFP

La justice spécialisée tunisienne se penche sur les crimes de Ben Ali

La justice spécialisée tunisienne se penche sur les crimes de Ben Ali

AFP

Crise

Crise

femmes

AFP

Une génération de femmes

Une génération de femmes

AFP

La Tunisie, pionnière pour les femmes dans le monde arabe

La Tunisie, pionnière pour les femmes dans le monde arabe

AFP

Les femmes "peuvent agir": en Tunisie, le renouvellement passe par la parité

Les femmes "peuvent agir": en Tunisie, le renouvellement passe par la parité