mis à jour le

IBK n’a pas chômé le jour de sa prestation de serment

Le président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta après sa prestation de serment n’a pas chômé.   Pour cause, ses proches et collaborateurs pensaient qu’après le cérémonial du mercredi, le nouveau locataire de Koulouba allait mettre le cap sur son domicile   et commencer le travail hier jeudi,  éplucher et  traiter les dossiers à lui laissés par son prédécesseur.

 

Que nenni, à la surprise générale de tous, il a regagné son bureau après la prestation de serment et n’en est ressorti que tard dans la nuit. Preuve que le temps presse et le nouvel homme fort du  pays, qui a conscience des enjeux, veut aller très vite. Rappelons qu’IBK a commencé sa journée du mercredi au Palais de Koulouba où après un entretien à huis clos avec son prédécesseur Dioncounda Traoré, il s’est rendu au Centre international de conférences de Bamako (CICB)  avant de boucler les festivités de sa prestation de serment au pied du monument de l’indépendance.

 

Seydou Badian, un absent de taille à l’investiture d’IBK

Seydou BadianS’il y a eu une présence très remarquée à l’investiture d’IBK mercredi dernier, c’est celle du généralissime Moussa Traoré entré en hibernation depuis son éviction du pouvoir en mars 1991 par les forces démocratiques. Il n’a même pas daigné assister aux cérémonies commémorant le cinquantième anniversaire de l’indépendance nationale. A l’opposé de cet étrange personnage, un autre symbole fort du Mali indépendant était tout aussi étrangement absent de la fête démocratique du mercredi dernier. Il s’agit du doyen Seydou Badian Kouyaté, ministre de l’économie rurale sous le régime socialisant de Modibo Keita, auteur de  » Kany, sous l’orage « . On épiloguera encore longtemps sur les raisons de cette absence. Boycott ? Maladie ? Ou n’a-t-il pas reçu sa carte d’invitation quand on sait que les Soudanais de l’Afrique ancestrale tiennent beaucoup à  l’honneur.  Le doyen porte allègrement ses 85 ans mais cela ne l’empêche pas d’être un globe-trotter qui saute d’un avion à un autre pour aller jusqu’au Cap Horn. En tout cas depuis  Mao la Chine est devenue sa seconde patrie et il vient tout juste de rentrer d’un voyage de Conakry. On est d’autant plus surpris que Seydou Badian a beaucoup d’estime pour IBK. Aussi, ne ratait-il aucun meeting du candidat du «Mali d’abord». S’il était Zeus, il allait même faire monter l’homme à Olympie sans élection. Il ne cachait pas dans ses confidences en privé que l’idéal pour le Mali serait le tandem IBK-Soumana Sacko avec le premier comme président de la République et le second comme Premier ministre. Mais ses v½ux étant exaucés, pourquoi une telle absence ? Mystère.

                 Rassemblées par K.THERA & MLD

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

IBK

Liberté publique

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

Le Mali se dirige t-il vers une «IBKcratie»?

Mali

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Mali

Kidal aux mains des rebelles

Kidal aux mains des rebelles