mis à jour le

François-Marzougui lâché par ses plus proches

À peine arrivé a Saint-Petersbourg où il doit assister au sommet du G20, le président Français qui espérait fédérer une coalition favorable à l’intervention en Syrie, François Marzougui ( ou Moncef Hollande ) est lâché par ses plus proches alliés de l’Union européenne.
«Il n’y a pas de solution militaire en Syrie», a insisté Herman Van Rompuy, le président de l’Union européenne. «La solution doit être politique», et s’inscrire dans le cadre de l’ONU, a martelé le représentant de l’UE à Saint-Pétersbourg, appuyé par José Manuel Barroso, le président de la Commission.
Les dirigeants européens n’ont pas de mots assez durs pour qualifier l’attaque chimique du 21 août en Syrie, un «crime contre l’humanité», selon Herman Van Rompuy, mais ils refusent de donner leur caution à une intervention militaire.
La position allemande s’impose

L'Union européenne, membre de plein droit du G20, lâche la France en rase campagne, laissant Mocef Hollande plus isolé que jamais, avec l’américain Barack Obama comme seul allié de poids au sommet. Herman Van Rompuy l’a affirmé: la France est, à ce stade, le seul pays européen décidé à agir militairement en Syrie. «Quant à savoir quelle sera la réaction de l’UE, s’il y a une intervention militaire de la France, nous ne savons pas encore, nous y travaillons…», a-t-il ajouté.
Un camouflet pour Paris, qui espérait un soutien au moins moral, à son action. La position européenne est calquée sur celle de l’Allemagne. En pleine campagne électorale, Angela Merkel est plus hostile que jamais à toute intervention militaire, sachant que 70% des Allemands y sont hostiles. La Chancelière appuie une «solution politique» dans le cadre de l’ONU, même si cela revient à se ranger dans le camp de Vladimir Poutine. La position allemande s’impose comme la position commune en Europe depuis que le Royaume-Uni s’est rangé, par la voix de la Chambre des communes, à quitter le camp de la guerre.

Position de la Chine 

La Chine est persuadée que le conflit syrien n’a pas de solution militaire, et qu’une solution politique est la seule voie possible pour désamorcer la crise en Syrie, a indiqué jeudi à Saint-Pétersbourg le porte-parole de la diplomatie chinoise Qin Gang.

« La guerre n’est pas un moyen de régler le conflit en Syrie, la voie politique est la seule possible », a déclaré M.Qin au premier jour du sommet du G20 de Saint-Pétersbourg.

Et d’ajouter que l’Onu devrait étudier les données sur l’usage d’armes chimiques et seulement sur la base de cette enquête, faire des démarches ultérieures.

« Nous estimons que toute action doit reposer sur les résultats de l’enquête (sur l’usage d’armes chimiques en Syrie, ndlr), et que les décisions doivent être adoptées par le Conseil de sécurité des Nations unies. Toute démarche appelée à contourner le Conseil de sécurité peut avoir de sérieuses conséquences et déboucher sur une tragédie humanitaire encore plus grave », a averti le diplomate.

La Russie contre 

Une opération militaire en Syrie ne peut dépendre du Congrès américain, dont l’aval serait illégitime, a estimé jeudi à Saint-Pétersbourg Sergueï Ivanov, chef de l’administration du président russe.

« Même si le Congrès vote pour l’usage de la force militaire (contre la Syrie, ndlr), cette décision sera illégitime en tout état de cause », a déclaré M.Ivanov devant les journalistes.

Le président américain Barack Obama a demandé l’approbation du Congrès pour des frappes militaires visant à « punir » le régime du président syrien Bachar el-Assad. La Maison Blanche ne ménage pas ses efforts pour arracher l’aval du Capitole, mais la majorité politique dont le chef de l’Etat a besoin pour frapper le régime de Damas tarde à se matérialiser. Après près de 12 ans de guerre en Afghanistan et la douloureuse expérience de la guerre d’Irak, les Américains se méfient des conflits, surtout en Syrie où ils ne décèlent pas de menace imminente pour les Etats-Unis.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes