mis à jour le

ONMT-Tourisme : La

 

Nommé il y a tout juste deux mois, Abderrafie Zouiten, Directeur général de l'Office national marocain du Tourisme, ONMT, a fait sa première sortie médiatique hier dans un grand palace de la capitale économique. Homme d'expérience, dont une grande partie de la carrière professionnelle s'est effectuée au sein de Royal Air Maroc, et notamment en tant que DG adjoint avant d'être nommé à la tête de l'ONMT, Abderrafie Zouiten a décliné devant la presse sa vision et son approche pour une restructuration et une réorientation drastiques des priorités de l'Office, véritable bras armé de la politique de développement et de promotion du tourisme national.
Sans ambages, ni fioritures, Zouiten a ainsi annoncé une nouvelle méthodologie, notamment axée sur des orientations triennales afin de réaliser les objectifs de la Vision 2020, sept années à peine avant le terme de cette stratégie cardinale. Une nécessité impérieuse quand on sait que selon l'Organisation mondiale du Tourisme, ce secteur connaîtra dans les prochaines années une croissance annuelle de 3 %, alors que le Maroc, depuis 2010 au moins, peine à réaliser un tout petit 1 % de croissance quand ce taux, pour réaliser les prévisions de 2020, devrait être de 7 %, ce que Abderrafie Zouiten veut réaliser avec son plan d'action triennal, 2014-2016.

Coupes et découpes
Deuxième constat du Dg de l'ONMT, le décalage entre la démarche opérationnelle «traditionnelle» de l'office et les nouvelles habitudes des touristes, lesquels en Grande-Bretagne notamment, utilisent à 80 % les sites sur Internet et les grandes centrales de réservations en ligne (Booking.com, Tripadvisor, Odopo, etc), pour organiser, réserver et payer leurs vacances à l'étranger. L'ONMT va donc réorienter une grande partie de ses efforts (et de ses budgets) sur la communication virale, les réseaux sociaux et les stratégies de marketing direct par le Web pour toucher un marché fort de plusieurs centaines de millions de consommateurs (et notamment les jeunes).
Cela, bien évidemment, se fera en tranchant dans le vif au niveau des structures aussi obsolètes que coûteuses mises en place par l'ONMT à l'étranger et qui, sans nul doute, ne répondent pas vraiment aux objectifs promotionnels de l'office et du tourisme national. C'est ainsi qu'avec l'aval de son Conseil d'Administration, Abderrafie Zouiten a fermé la représentation de Vienne, sachant que le marché autrichien est largement dominé par les tours-opérateurs de l'Allemagne voisine. Et, dans ce pays, premier émetteur au monde de touristes, alors que la délégation ONMT végète à Düsseldorf, c'est plutôt vers Francfort et surtout Munich, capitale de la riche Bavière que Zouiten et ses équipes concentreront leurs efforts, sachant que les Teutons, contrairement aux Britanniques, passent essentiellement par les agences de voyage pour booker et organiser leurs séjours à l'étranger.
De même Dubaï, hub très fréquenté certes, mais très petit marché pour le Maroc en termes d'arrivées de touristes émiratis, va être fermé afin que l'ONMT concentre sa démarche à partir de Ryad, au potentiel très fort pour le Maroc et au rayonnement assuré sur la région et la péninsule arabique.
A Varsovie également où «bulle» en toute quiétude un attaché de presse qui ne possède pas la langue de Lech Walesa, Zouiten se propose de recruter des compétences locales (moins chères et connaissant le pays et ses habitudes) afin de rendre la démarche de l'ONMT plus efficace et percutante.
On aura compris, à ses quelques exemples qui illustrent le «propos» du Dg de l'ONMT que l'office se prépare à une grande mutation au niveau de ses métiers, ses pratiques et sans doute ses compétences humaines même si le nouveau DG a souligné à plusieurs reprises lors de sa conférence de presse la qualité et la compétence des équipes qu'il a trouvées à son arrivée à l'ONMT.
La «révolution Zouiten» est en marche et elle est destinée, non à déstabiliser ou affaiblir l'Office, mais plutôt à le mettre en ordre de marche pour répondre aux nouvelles
missions qu'il s'assigne afin de remplir les objectifs déterminés par la Vision 2020.
C'est d'ailleurs dans cet esprit que l'ancien DGA de RAM a pris langue et tenu plusieurs réunions avec le PDG de la compagnie aérienne nationale, M. Driss Benhima. Il a annoncé à la presse, sans dévoiler vraiment leurs plans communs, que les deux institutions s'apprêtaient à faire des annonces de taille dans les semaines à venir, en termes de partenariat. On aura eu, néanmoins, un avant-goût de cette rupture avec la traditionnelle acrimonie partagée qui opposa si longtemps l'ONMT à RAM, avec l'annonce que l'ONMT va désormais accompagner Royal Air Maroc au Brésil (ce membre des prometteurs BRICS) alors qu'une desserte tri-hebdomadaire sur Rio vient d'être lancée.

Union, concertation,  partenariats
Autre chantier mis en oeuvre sans plus attendre par M. Zouiten, celui de la démarche concertée avec les professionnelles du secteur, soient-ils hôteliers, agences de voyage, CRT et autres tours-opérateurs. Le nouveau patron de l'ONMT a soif de concertation, de partenariat, de regroupement des forces et des moyens et c'est dans cet esprit qu'il a invité les grandes entreprises, comme la diplomatie officielle, à devenir les relais de la promotion du « produit Maroc », à l'étranger et notamment en Afrique, alors que Casablanca, pour laquelle on prévoit une croissance du trafic aérien de 30 % dès l'automne 2013 est le second hub «européen» pour notre continent. D'ailleurs, des concrétisations ont déjà eu lieu puisque le très puissant OCP, qui tenait récemment une convention où participaient plusieurs centaines d'invités étrangers, a eu l'heur et l'intelligence d'inviter l'ONMT à faire une présentation du produit touristique national, ses richesses, ses atouts…
Très visiblement donc, Abderrafie Zouiten, qui n'a pas craint au passage d'encenser l'Open Sky et ses résultats, est très déterminé, conscient des enjeux et des défis, résolu à dépasser les obstacles, y compris en tranchant dans le vif, en taillant dans les budgets  « inutiles », en rapatriant les ressources mal exploitées à l'étranger, en fermant les délégations «endormies», en bousculant les habitudes, les pratiques, les hommes et les femmes de l'ONMT.
Nouvelle approche communicationnelle, exploitation plus rationnelle des potentialités d'Internet, veille virale stratégique, restructuration de l'organigramme, démarche triennale et concertation tous azimuts, voilà «le plan Zouiten » pour un Office du Tourisme mis en ordre de marche pour atteindre les objectifs ambitieux de la Vision 2020.
Bonne chance l'ami !

Fahd Yatamoustache7

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé