mis à jour le

Soudan du Sud: deux ex-ministres menacés d'un procès pour corruption

Une commission d'enquête a recommandé jeudi de poursuivre en justice deux influents ex-ministres du Soudan du Sud pour avoir détourné plusieurs millions de dollars, ce qui serait une première dans ce tout nouveau pays déjà miné par une forte corruption.

L'ancien ministre des Affaires gouvernementales Deng Alor et l'ancien ministre des Finances Kosti Manibe avaient été suspendus en juin, accusés d'avoir détourné huit millions de dollars (six millions d'euros) de fonds publics.

Cette somme devait officiellement servir à acheter au Kenya voisin des 62 coffre-forts anti-incendie pour équiper les bâtiments gouvernementaux, mais les coffre-forts en question ne sont jamais arrivés à destination. 

"Notre conclusion (...) est qu'il faut lancer des poursuites pénales", a déclaré le chef de la commission d'enquête gouvernementale, John Gatwech, à l'AFP. "Il dépend désormais du président de renvoyer ces personnes devant un tribunal".

Tout l'argent a cependant entretemps été restitué, a précisé M. Gatwech, également chef de la commission de lutte contre la corruption du Soudan du Sud.

Des milliards de dollars de revenus pétroliers disparaissent systématiquement chaque année dans ce jeune pays sous-développé, entravant sa reconstruction.

Le Soudan du Sud, que des décennies de guerre civile ont dans le passé opposé au pouvoir central de Khartoum, a acquis son indépendance en juillet 2011. 

En juin 2012, le président Salva Kiir avait dénoncé les "responsables corrompus" de son pays, liés au pouvoir et soupçonnés d'avoir détourné près de quatre milliards de dollars (3,2 milliards d'euros), selon lui. Il avait écrit à 75 d'entre eux en leur demandant de rendre l'argent volé. Il avait aussi écrit aux pays africains de la région, aux pays arabes, européens et aux Etats-Unis pour leur demander de l'aider à récupérer les fonds 

Alor et Manibe étaient deux personnages clé de l'entourage du président Kiir.

Originaire de la région disputée d'Abyei, frontalière avec le Soudan, Deng Alor appartient à la puissante tribu Dinka Ngok et fut l'un des proches collaborateurs de Salva Kiir dans les rangs de l'ancienne rébellion sud-soudanaise, la SPLA aujourd'hui au pouvoir à Juba. Il fut aussi ministre des Affaires étrangères dans le Soudan unifié 

Le ministre Manibe est quant à lui un Zande de l'Equateur occidental, province frontalière de la Centrafrique et de la République démocratique du Congo (RDC).

AFP

Ses derniers articles: Côte d'Ivoire: nouveau report du procès de Simone Gbagbo au 7 mars  Bousculade meurtrière en Angola: des failles dans la sécurité devant le stade  Stratégie de la terre brûlée contre Boko Haram au Nigeria 

Soudan

AFP

Le Soudan du Sud souffre d'une famine "causée par l'homme"

Le Soudan du Sud souffre d'une famine "causée par l'homme"

AFP

La guerre au Soudan du Sud atteint des "proportions catastrophiques"

La guerre au Soudan du Sud atteint des "proportions catastrophiques"

AFP

Soudan du Sud: un général démissionnaire accusé de malversations

Soudan du Sud: un général démissionnaire accusé de malversations

menaces

AFP

Quelque 60% des primates menacés d'extinction

Quelque 60% des primates menacés d'extinction

AFP

Kenya: les médecins menacés de licenciement s'ils ne cessent pas leur grève

Kenya: les médecins menacés de licenciement s'ils ne cessent pas leur grève

AFP

Mobilisation pour sauver les guépards, menacés d'extinction

Mobilisation pour sauver les guépards, menacés d'extinction

procès

AFP

Côte d'Ivoire: nouveau report du procès de Simone Gbagbo au 7 mars

Côte d'Ivoire: nouveau report du procès de Simone Gbagbo au 7 mars

AFP

Côte d'Ivoire: ouverture du procès des "disparus du Novotel"

Côte d'Ivoire: ouverture du procès des "disparus du Novotel"

AFP

Côte d'Ivoire: ouverture mardi du procès des "disparus du Novotel"

Côte d'Ivoire: ouverture mardi du procès des "disparus du Novotel"