mis à jour le

Investiture du président de la République : IBRAHIM BOUBACAR KEITA PRETE SERMENT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La réconciliation, la reconstruction du pays, la restauration de l'autorité de l'Etat à tous les niveaux sont quelques unes des priorités réaffirmées par le nouveau président

Le nouveau président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita IBK, élu le 11 août dernier avec 77,32% des suffrages exprimés, a prêté serment hier devant la Cour suprême au Centre international de conférence de Bamako. Un parterre de personnalités parmi lesquelles l'ancien chef de l'Etat, le général Moussa Traoré, le Premier ministre Diango Cissoko, les présidents des Institutions de la République, les membres du gouvernement sortant, les ambassadeurs et représentants des organisations internationales accrédités dans notre pays, ont assisté à cette cérémonie d'investiture.

Celle-ci s'est déroulée en trois séquences. La première a débuté à 10h40 quand le président de la République élu, Ibrahim Boubacar Kéita, en costume sombre, fait son entrée dans la salle, accueilli par un tonnerre d'applaudissements et prend place à côté de son épouse.

Quelques instants plus tard, le président de la Cour suprême, Nouhoun Tapily, après avoir appelé l'assistance au silence, a ouvert l'audience solennelle d'investiture du nouveau président de la République. En prenant la parole pour ses réquisitions, le procureur général près la Cour suprême a rappelé l'article 37 de la Constitution du 25 février 1992 qui prévoit cette cérémonie d'investiture du nouveau président. En sa qualité du représentant de la société, il a rendu un vibrant hommage aux soldats maliens, français et africains qui ont donné leur vie pour sauver l'intégrité territoriale du Mali et la dignité de son peuple face à des intégristes et des criminels de guerre. Mamadou Boiré a, aussi, salué les autorités de la transition pour avoir accompli leur mission avec l'aide du peuple malien et des amis du Mali. A ce niveau, il a rendu un hommage appuyé aux présidents Dioncounda Traoré et François Hollande pour leur détermination à sauver toute la sous région ouest africaine.

En s'adressant au président de la République élu, le procureur général notera que les défis à relever sont très nombreux. Au nombre desquels, il a cité la restauration de l'autorité de l'Etat sur l'ensemble du territoire grâce à une armée forte et moderne, la lutte contre la corruption et la délinquance financière, la lutte contre les arrestations et incarcérations extrajudiciaires, la fin de l'Etat patrimonial, la réconciliation nationale qui passe par la punition des crimes commis dans le nord du pays. Les autres défis ont pour noms l'école, la santé, l'agriculture, l'emploi des jeunes, la modernisation de l'administration, la bonne gouvernance. Par ailleurs, le procureur Mamadou Boiré a invité le nouveau président à se méfier «des rats du palais qui sont la cause des dérapages».

Après les réquisitions du procureur général, le président de la Cour suprême a invité le président élu à prêter serment conformément à l'article 37 de la Constitution. Ainsi, Ibrahim Boubacar Kéita a levé la main droite et prononcé les phrases prévues : « Je jure devant Dieu et le peuple malien de préserver le régime républicain, de respecter et faire respecter la Constitution et l'intégrité du territoire du Mali. Je m'engage solennellement et sur l'honneur à mettre tout en ½uvre pour la réalisation de l'unité africaine ». Le président de la Cour suprême a donné acte au président de la République du serment prêté avant de l'installer dans ses fonctions. Enfin, Nouhoun Tapily l'a félicité et encouragé à conduire le pays vers la paix, la stabilité nationale, la prospérité, le bonheur.

La deuxième séquence de la cérémonie a été consacrée à la décoration du nouveau président de la République par le Grand chancelier des Ordres nationaux. Ainsi, Ibrahim Boubacar Kéita a été élevé par le Grand chancelier des Ordres nationaux  à la dignité de Grand Croix des Ordres nationaux du Mali. Il s'agit d'une écharpe tricolore (vert, or et rouge) et d'une médaille. Le Grand chancelier lui a aussi remis le collier doré qui fait désormais de lui le Grand maître des ordres nationaux.

La troisième séquence de la cérémonie était le moment le plus attendu, c'est à dire le discours du nouveau président de la République (texte intégral en page 4). IBK a remercié le Tout Puissant qui a gratifié notre pays qui revient de très loin, de ce moment de bonheur et surtout de l'espoir. Le président de la République a, ensuite, salué la présence remarquée de l'ancien chef de l'Etat, le général Moussa Traoré, en qualifiant son geste de «républicain».

Rappelant que notre pays vient de tourner la page de la crise la plus triste de son histoire, Ibrahim Boubacar Kéita a salué les énergies déployées par les autorités de la transition avec à leur tête le président de la République par intérim, le Pr. Dioncounda Traoré, par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), la France et le reste de la Communauté internationale pour parvenir à ces résultats combien salutaires et appréciables.

Comme lors de sa compagne pour la présidentielle, IBK s'est engagé à restaurer la dignité et l'honneur du peuple malien. Dans la construction d'un Mali nouveau, fort et debout, le nouveau président a dit sa détermination de réaliser au cours de son mandat le changement tant attendu par nos concitoyens. Cette volonté forte s'est exprimée lorsque le nouveau chef de l'Etat  a souligné avec force son indignation face au drame humain provoqué par les inondations du 28 août dernier à Bamako ayant fait une quarantaine de morts, des disparus et des milliers de sinistrés. IBK a, dans la foulée, annoncé l'ouverture immédiate d'une enquête pour situer les responsabilités.

Par ailleurs, le nouveau président a confirmé que la réconciliation constituait l'une des priorités de son mandat. Dans ce sens, a-t-il précisé, des actions concrètes seront initiées afin de résoudre définitivement le problème cyclique du nord du pays. Il a aussi souligné une autre priorité : restaurer l'autorité de l'Etat à tous les niveaux et garantir que la justice et la vérité triomphent à tout moment. Ibrahim Boubacar Kéita s'est également engagé à mettre fin l'impunité et aux passe-droits, à lutter contre la corruption, à veiller à la bonne gestion du denier public. «Nul ne pourra s'enrichir de façon illicite sur le dos du peuple malien», a-t-il promis. Enfin, IBK a assuré compter sur les énergies et l'ingéniosité de chaque Malien et de chaque Malienne pour construire un Etat fort, respecté et où il fait bon vivre.

M. KEITA

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

investiture

AFP

Gambie: le président élu au Sénegal jusqu'

Gambie: le président élu au Sénegal jusqu'

AFP

Lesotho: investiture du nouveau Premier ministre, "conscient des défis"

Lesotho: investiture du nouveau Premier ministre, "conscient des défis"

Actualités

Investiture d’IBK : Quand les lampions s’éteindront…

Investiture d’IBK : Quand les lampions s’éteindront…

président

AFP

L

L

AFP

Le président tanzanien prie les réfugiés burundais de rentrer chez eux

Le président tanzanien prie les réfugiés burundais de rentrer chez eux

AFP

Soudan du Sud: des juges grévistes limogés par le président Kiir

Soudan du Sud: des juges grévistes limogés par le président Kiir

république

AFP

République tchèque: le Togolais Francis Koné a fait taire les supporteurs racistes

République tchèque: le Togolais Francis Koné a fait taire les supporteurs racistes

AFP

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation