mis à jour le

Pluie diluvienne

Une pluie diluvienne s'est abattue dans quelques quartiers de la ville de Ouagadougou, le mardi 3 septembre 2013, dans la soirée. A Gounghin comme à Pissy, des témoignages ont fait état de maisons inondées.

L'amer souvenir des inondations du 1er septembre 2009 est sans doute revenu dans la mémoire de certains habitants des quartiers Gounghin et Pissy de la ville de Ouagadougou, dans la soirée du mardi 3 septembre 2013. En effet, il y est tombé une pluie diluvienne d'environ quatre heures de temps, c'est-à-dire entre 15 heures et 19 heures, inondant des concessions.

Sur l'ex-rue 17.186 jouxtant la propriété de feu El hadj Oumarou Kanzoé, quand nous sommes arrivés, alors qu'il goutait à peine, le niveau des eaux était encore important. Les automobiles, stationnées le long de la chaussée, avaient les roues submergées. Visiblement, les eaux ont stagné. Rien n'avait l'air de ruisseler. Les engins à deux roues semblaient éviter le tronçon. Posté devant une des portes, Pierre Sawadogo, vigile de son Etat, explique : « La pluie a commencé autour de 15h. Les chambres ont été remplies d'eau... ».

Et d'indiquer sur le portail, une crue avoisinant un mètre. Il a affirmé ensuite que c'est grâce à des motopompes qu'ils ont pu évacuer une grande quantité d'eau. Pour lui, cette situation s'explique par le fait que les eaux du quartier se déversent devant leurs portes. « J'habite à Kossodo, là-bas, pourtant, il n'y a rien eu », précise-t-il.

C'est également la même situation qui prévalait dans les environs de l'échangeur de l'Ouest. Si à notre arrivée les eaux avaient complètement ruisselé, les riverains ont tout de même vécu une soirée inhabituelle. C'est le cas de Mahamadi Sawadogo, vendeur de sacs et autres accessoires portatifs. « Il a beaucoup plu aujourd'hui, ma boutique a été inondée et mes sacs mouillées. C'est maintenant que l'eau vient de ruisseler », explique-t-il. Selon Issa Sawadogo, la chaussée était couverte d'eau, empêchant par moment celle des concessions de couler. C'est ce qui, à l'écouter, a provoqué l'inondation de sa chambre.

Du côté de la boutique Watam Kaizer, comme au siège du FESPACO, les flots tumultueux dans le canal d'évacuation témoignent de la forte quantité d'eau de pluie tombée.

Asdara SAWADOGO

Sidwaya

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

Ouagadougou

AFP

Burkina: levée des corps des victimes de l'attentat de Ouagadougou

Burkina: levée des corps des victimes de l'attentat de Ouagadougou

AFP

Attentat de Grand-Bassam: un des cerveaux, chef de l'attaque

Attentat de Grand-Bassam: un des cerveaux, chef de l'attaque

AFP

Burkina: Ouagadougou veut relancer la vie nocturne

Burkina: Ouagadougou veut relancer la vie nocturne