mis à jour le

Société : Ils font des métiers jadis réservé

Son métier : c'est piller l'igname ou autrement dit : le foutou. Et, il en est fier. Il ne tend point la main puisqu'avec le peu qu'il gagne, il subvient à ses charges. Lui, c'est Souleymane Bamba, la trentaine d'âge que nous avons rencontré à Bobo-Dioulasso.

Il est de nos jours difficile d'exercer le métier de son rêve. Encore moins de faire le choix de ce qu'on veut entreprendre ou pas. Si bien que les expressions du genre : tels métiers sont réservés aux hommes ou à la femme sont de vieux souvenirs. A Bobo-Dioulasso, et ce, de plus en plus, des hommes mènent des activités dites de femmes. La tontine, faire des galettes, piller de l'igname pour en faire du foutou, ramasser des ordures...sont entre autres activités prisées aujourd'hui par des hommes.

En effet, se disant Ghanéen de nationalité, il dit avoir été estomaqué de voir des femmes se donner à cette tâche au Burkina Faso. « Au Ghana, ce ne sont pas les femmes qui pillent l'igname. C'est généralement une activité d'hommes pour la simple raison qu'elle requiert beaucoup d'énergie physique », dit-il. Souleymane fait ce métier depuis 6 ans. Et, dit-il : « J'en suis fier, car il me permet de ne pas tendre la main à quelqu'un, ou pire, d'aller voler ». Dès 9 h 30, chaque matin, le jeune Souleymane se rend à son service. Un petit restaurant situé au centre-ville et dont le met principal, par ailleurs très prisé par les clients, est le « foutou ». Des femmes font bouillir l'igname avant de le mettre à leur disposition, lui et son collègue. A deux, ils se chargent de le rendre en patte élastique dans un mortier. « Il faut être physiquement fort et avoir du courage pour mener un tel métier », dit-il l'air assez fier.

Qu'en est-il du regard des autres ? Souleymane et son coéquipier n'en ont cure. Ils étaient au départ trois « pilleurs d'igname ». Le troisième n'a malheureusement pas pu supporter le regard de ses connaissances qu'il trouvait moqueur. « Il a abandonné le travail alors qu'il gagnait bien sa vie », a déploré M. Bamba. Paraphrasant la citation selon laquelle, il n'y a pas de sot métier, Souleymane reste convaincu que seule la volonté et le courage permettent à un homme de réussir dans la vie. A cet effet, il soutient que lorsqu'on n'a pas eu la chance d'aller à l'école, l'on ne peut se prétendre à un choix de métier. Et même encore que là, dit-il : « Beaucoup de diplômés trainent à la maison ». Résidant dans une ville dont l'image des jeunes n'est pas des plus adorables, Souleymane pense que ceux-ci doivent démontrer le contraire de ces préjugés. En relevant les défis comme par l'exercice de ce métier sans honte.

Bassératou KINDO

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

société

AFP

Algérie: "En attendant les hirondelles" dresse le portrait d'une société mouvante

Algérie: "En attendant les hirondelles" dresse le portrait d'une société mouvante

AFP

Société Générale lance une nouvelle banque alternative en Afrique

Société Générale lance une nouvelle banque alternative en Afrique

AFP

Elections kényanes: le gouvernement cible 2 organisations de la société civile

Elections kényanes: le gouvernement cible 2 organisations de la société civile

femme

AFP

Emoi au Maroc après l'agression sexuelle collective d'une femme dans un bus

Emoi au Maroc après l'agression sexuelle collective d'une femme dans un bus

AFP

Kenya: une femme accouche devant son bureau de vote

Kenya: une femme accouche devant son bureau de vote

AFP

Zimbabwe: la femme de Mugabe l'encourage

Zimbabwe: la femme de Mugabe l'encourage