mis à jour le

Edito : IBK: Le nouveau départ

Chahana Takiou, dirpub « Le 22 Septembre »

Tombé plus bas que terre, pour reprendre l'expression du doyen Seydou Badian Kouyaté, avec l'occupation du Nord du Mali, suivie d'un putsch militaire qui a secoué le Sud, notamment Bamako, le Mali est en train de se relever.

 

L'élection d'IBK à la magistrature suprême de l'Etat représente un énorme espoir pour les Maliens. Cette espérance doit être entretenue, à la fois par le choix des hommes et par une bonne gouvernance pour conduire le pays à bon port. C'est bien là le point de départ du succès attendu.

C'est aussi vraiment le moment de rendre un hommage mérité à Dioncounda Traoré, qui, contre vents et marées, a tenu bon. A travers lui, c'est un hommage à toute l'équipe gouvernementale de la Transition, même si le PM, on le sait, a commis d'énormes gaffes, allant du népotisme aux violations des règles des marchés publics. L'essentiel a été fait: la libération du pays et l'organisation d'élections libres et transparentes.

 

 

Pour revenir à IBK, dès l'entame de son mandat il doit rassurer, à travers les hommes et les femmes auxquels il fera appel pour favoriser le bien-être social. Il doit encore rassurer par le discours, surtout celui de la réconciliation nationale, de la sécurité des personnes et de leurs biens.

Ses premiers mots, lors de la cérémonie d'investiture d'hier, mercredi 4 septembre, étaient rassurants: «La confiance, la grande, la très grande confiance placée en moi ne sera jamais galvaudée. Je veillerai désormais à sauvegarder notre peuple, en ses personnes et ses biens. La vie du Malien vaudra désormais son prix inestimable. Aussi voudrais-je ici, solennellement, engager tous ceux qui ont mission et vocation à protéger et sauvegarder notre peuple, à s'acquitter très consciencieusement de leurs missions.

 

 

C'est le lieu, chers compatriotes, de vous dire ma révolte et mon indignation, tout en m'inclinant, avec la plus grande piété et une compassion réelle, sur toutes les victimes récentes de la cupidité de certains et que des eaux maitrisables ont emportées, les arrachant à notre pays et aux leurs».

C'est donc bien parti pour un nouveau départ, parce que désormais la vie du Malien vaudra son pesant d'or, comme peut-être chez les Américains et les Français. Le discours est beau, bien audible, il s'agit maintenant de le concrétiser. C'est en cela également que ce nouveau départ sera visible. Comme IBK a déclaré pendant la campagne qu'il allait faire ce qu'il disait, nous sommes de ceux qui le croient profondément, et attendons avec patience les actes qu'il posera.

 

 

Conscient que les défis sont énormes, le peuple malien doit lui accorder un délai de grâce d'au moins trois mois, pour mettre en route les solutions aux attentes immédiates et ébaucher les plus lointaines, c’est-à-dire le développement tout court.

 

 

Les prémisses de son mandat, comme la pluie de la matinée de son investiture, laissent augurer de bonnes choses. Ce sont de bons signes dans la croyance populaire. A l'opposé du vent noir qui s'est emparé du stade Bouréma Bocoum de Mopti, le 7 juillet dernier, lors du lancement de la campagne du candidat Soumaïla Cissé. Beaucoup de gens avaient prédit que c'était un mauvais signe et qu'il ne gagnerait pas la présidentielle.

 

 

Tout cela pour être dans notre environnement socioculturel, lequel nous enseigne également que les évènements des mercredis sont répétitifs. Pour l'instant prions que ce mandat soit une réussite collective. Que Dieu bénisse le Mali et son nouveau Président, IBK!

 

Chahana Takiou

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

édito

L'Indicateur du Renouveau

Édito : Que faut-il craindre du « Takokélen

Édito : Que faut-il craindre du « Takokélen

AFP

Japon: la pègre a sa publication interne... avec édito du "boss"

Japon: la pègre a sa publication interne... avec édito du "boss"

AFP

Japon: la pègre a sa publication interne... avec édito du "boss"

Japon: la pègre a sa publication interne... avec édito du "boss"