mis à jour le

RDC: la Monusco évoque de nouvelles "actions" contre le M23

La Mission de l'ONU pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (Monusco) a évoqué mercredi la possibilité de nouvelles "actions" contre le M23, alors qu'on observe une pause dans les combats qui opposent cette rébellion à l'armée congolaise.

"Pour le moment, l'heure est à la consolidation des positions qui ont été récupérées par les FARDC (l'armée gouvernementale, ndlr) en attendant d'autres actions futures", a indiqué à la presse le lieutenant-colonel Félix Basse, porte-parole militaire de la Monusco, alliée de l'armée sur le front.

"Le M23, qui contrôle de facto le territoire de Rutshuru" (au nord de Goma, dans l'est de la RDC), a "imposé un couvre-feu contre les populations civiles", a ajouté l'officier sénégalais. 

Selon lui, cette situation est "tout à fait inacceptable" et est surveillée "de très près par les troupes onusiennes en attendant d'autres actions futures".

Du 23 août au 30 août, les FARDC et la Monusco ont mené une série d'offensives musclées sur les positions du M23. Vendredi, la rébellion s'est repliée à Kibumba, à une trentaine de kilomètres au nord de Goma, la capitale de la province riche et instable du Nord-Kivu.

Alors que les combats ont cessé depuis dimanche, un officier supérieur de l'armée congolaise avait déclaré lundi à l'AFP qu'une offensive sur Kibumba était prévue "dans un futur proche". Il avait ajouté que les positions de l'armée les plus proches de Kibumba étaient à "plus ou moins deux kilomètres" de cette ville.

Le lieutenant-colonel Olivier Hamuli, porte-parole de l'armée au Nord-Kivu, avait pour sa part affirmé qu'il n'était pas question d'attaquer mais de "consolider" les positions conquises dans "l'Est sachant que le Rwanda est derrière" le M23.

Le Rwanda, voisin de la RDC, est accusé par l'ONU et le gouvernement de Kinshasa de soutenir les rebelles du M23, ce que Kigali dément.

Une journaliste de l'AFP avait pu constater pendant le week-end que l'armée rwandaise avait discrètement renforcé sa présence militaire à la frontière.

Le lieutenant-colonel Basse a confirmé que des troupes rwandaises étaient "déployées le long de la frontière" entre les villes de Gisenyi, qui jouxte Goma, côté rwandais, et Gasizi, plus au nord.

Selon lui, ce "réflexe militaire est tout à fait compréhensible, est tout à fait normal" en raison des affrontements en RDC, et cette mesure vise à "prendre en compte la menace sécuritaire éventuelle" ressentie par Kigali.

Les rebelles du M23 réclament la pleine application de l'accord de 2009 ayant régi leur intégration dans l'armée, après qu'ils avaient quitté un autre groupe armé. Fin novembre 2012, ils avaient occupé brièvement Goma avant de se retirer contre la promesse d'un dialogue avec Kinshasa. Ces pourparlers dits de Kampala, la capitale de l'Ouganda voisin où ils ont lieu, sont actuellement au point mort.

AFP

Ses derniers articles: Mali: la suspension de la Fédération de football levée par la Fifa  Mali: l'état d'urgence prorogé de six mois jusqu'  Burkina: 5.000 personnes pour le 1er grand rassemblement de l'opposition 

monusco

AFP

RDC: Ban souhaite une Monusco réduite mais plus agile

RDC: Ban souhaite une Monusco réduite mais plus agile

AFP

RDC: la Monusco va renforcer sa présence

RDC: la Monusco va renforcer sa présence

AFP

RDC: pour les habitants de Beni, la Monusco est

RDC: pour les habitants de Beni, la Monusco est

M23

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

AFP

RDC: plus de 350 membres de l'ex-rébellion congolaise du M23 amnistiés

RDC: plus de 350 membres de l'ex-rébellion congolaise du M23 amnistiés

AFP

RDC: la vie a repris, mais l'occupation par le M23 a laissé des traces

RDC: la vie a repris, mais l'occupation par le M23 a laissé des traces