mis à jour le

Après le gouvernement : Quel avenir pour Diango Cissoko ?

Il démissionne demain. Va-t-il retourner à la Médiature ? Pour ses partisans, Diango Cissoko était en mission de la nation et il n'y a rien de mal à ce qu'il retrouve son poste de Médiateur de la République après la démission de son gouvernement mardi prochain. Faux, rétorquent les spécialistes de droits pour qui, les textes sont clairs : la fonction de Médiateur de la République est incompatible avec toute fonction politique ou institutionnelle. Il appartiendra à IBK de trancher le débat.

 

 

Diango Cissoko doit-il retourner à la Médiature de la République après la démission de son gouvernement le mardi prochain ? Le débat fait rage actuellement entre ses partisans et les spécialistes du droit.

Pour les premiers, Diango Cissoko a été appelé pour une mission de la nation en un moment où le bateau-Mali était en train de tanguer afin de présider aux destinées du gouvernement le 11 décembre 2012 par le président de la République par intérim, Pr. Dioncounda Traoré.

 

 

De ce fait, disent-ils, il n'avait pas besoin de démissionner de sa fonction de Médiateur de la République pour laquelle il a été nommé pour un mandat de 7 ans en 2011 par l'ancien président Amadou Toumani Touré.

 

 

Ceux-ci expliquent que ceux qui prétendent que Diango Cissoko ne doit plus retourner à la Médiature sont des courtisans d'IBK lesquels sachant bien qu'il y a insuffisance de postes à leur offrir sont à la man½uvre pour déboulonner l'actuel Médiateur.

 

 

Faux, rétorquent les spécialistes du droit. Pour eux, dans le décret de nomination du Médiateur de la République il est clairement dit que cette fonction est incompatible avec toute autre fonction politique ou institutionnelle. C'est dire que pour prétendre remplir une autre fonction alors que le mandat n'est pas encore à terme, le Médiateur doit purement et simplement démissionner.

Ce que Diango n'a pas fait. Et puisque Diango n'a pas démissionné, alors ses adversaires trouvent que le décret de sa nomination comme Premier ministre rend caduc de fait le décret qui l'a nommé Médiateur de la République.

 

C'est dire que le débat fait rage entre les deux camps et il appartiendra au nouveau président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, de trancher la question.

Nommé Médiateur de la République le 18 mai 2011, Diango Cissoko, précédemment secrétaire général de la présidence de la République, a prêté serment le 30 mai devant l'ancien chef de l'État, Amadou Toumani Touré.

 

 

Cela conformément à la loi n°97-022 du 14 mars 1997 instituant le Médiateur de la République dans notre pays.

 

 

Le 11 décembre 2012, il a été nommé Premier ministre de la transition par le président de la République par intérim, Pr. Dioncounda Traoré. De cette date à nos jours, le poste de Médiateur est resté vacant. Diango n'a pas démissionné et un successeur n'a pas été nommé. C'est dans ce contexte que s'achève cette semaine la transition. Doit-il retrouver son poste de Médiateur de la République ? La réponse d'IBK est attendue.

Yattara ibrahim

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

gouvernement

AFP

Togo: l'opposition ne cède pas, le gouvernement annule une conférence internationale

Togo: l'opposition ne cède pas, le gouvernement annule une conférence internationale

AFP

Gabon/violences post-électorales: le gouvernement rejette toute autre "enquête internationale" que la CPI

Gabon/violences post-électorales: le gouvernement rejette toute autre "enquête internationale" que la CPI

AFP

Somalie: l'attentat de Mogadiscio met en lumière la fragilité du gouvernement

Somalie: l'attentat de Mogadiscio met en lumière la fragilité du gouvernement

avenir

AFP

Soudan du Sud: quel avenir pour la paix et l'ex-rebelle Riek Machar?

Soudan du Sud: quel avenir pour la paix et l'ex-rebelle Riek Machar?

AFP

Tunisie:

Tunisie:

AFP

Côte d'Ivoire: l'eldorado minier

Côte d'Ivoire: l'eldorado minier