mis à jour le

Nouvelle publication pour Attijari Intermédiation

Attijari Intermédiation enrichit son offre de publications avec une nouvelle parution périodique : «L'Essentiel Economique de l'Investisseur». Celle-ci vise à offrir aux lecteurs une série d'indicateurs économiques récents et pertinents aussi bien sur les plans macro que micro économiques. Il s'agit de données à même d'aider les investisseurs dans leurs choix de placement au niveau des marchés financiers.

«L'Essentiel Economique de l'Investisseur» apporte des éclairages sur divers indicateurs macro économiques et microéconomiques.

Sur le plan macroéconomique, les analyses des rédacteurs de cette parution portent sur l'évolution d'un certain nombre d'indicateurs économiques clés : comptes nationaux, activité & chômage, inflation & production, échanges extérieurs, finances publiques et agrégats monétaires.

Ainsi, à titre d'exemples, au niveau macroéconomique, concernant le marché de l'emploi, les analystes d'Attijari Intermédiation avancent que le second trimestre de l'année 2013 (T2 2013) a été marqué par la création de 165 000 emplois rémunérés et la destruction de 21 000 postes non rémunérés, soit une accélération de la création nette de 144 000 nouveaux emplois par rapport à T2 2012. Toutefois, ils expliquent que c'est le secteur agricole, grand pourvoyeur d'emplois, qui a été à l'origine d'une création nette de 136 000 postes additionnels et que malgré cette création nette d'emplois, «le taux de chômage au Maroc a affiché une légère hausse de 0,7 point, atteignant les 8,8 % au second trimestre 2013 (T2 2013) après s'être situé à 8,1 % au T2 2012». De même, concernant l'inflation, ils relèvent une hausse de l'indice qui est passé à fin juin au dessus du seuil cible des 2 %, en ressortant à 2,3 % en glissement annuel. L'évolution de l'indice des prix à la consommation des produits alimentaires demeure la principale source à l'origine de cette hausse en s'appréciant de 3,2 % en une année.

Au niveau microéconomique, les analystes passent au crible les évolutions et perspectives des principaux secteurs de l'économie marocaine : télécoms, banques, tourisme, immobilier & cimenteries, énergie & mines, agroalimentaire & pêche, textile, transport.

A titre d'exemple, au niveau du secteur du BTP, la consommation de ciment, principal baromètre du secteur, a accusé un repli de 11,7 % à fin juillet 2013, sous l'effet des conditions climatiques défavorables et du ralentissement économique au niveau du secteur immobilier. Toutefois, selon les analystes, «le repli de l'activité des cimenteries est à relativiser au regard de la performance réalisée lors des précédentes années». Il n'en demeure pas moins que «nous demeurons confiants quant à la reprise du secteur à court terme, en raison du déficit de logement structurel, des différents programmes de logement social lancés et de la volonté politique d'ériger ce secteur en priorité nationale pour le gouvernement»,  avancent-ils.

MK

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

nouvelle

AFP

Au Zimbabwe, la nouvelle monnaie est accueillie avec scepticisme

Au Zimbabwe, la nouvelle monnaie est accueillie avec scepticisme

AFP

Le Zimbabwe lance sa nouvelle monnaie malgré les réticences

Le Zimbabwe lance sa nouvelle monnaie malgré les réticences

AFP

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias