mis à jour le

La Russie décide de mettre le commandement central de l’Etat-major en état d’alerte renforcée

Suite à la détection de lancement de missile en Méditerranée orientale ,La Russie a mis mardi 3 septembre le poste de commandement central de l’Etat-major général et le Centre de contrôle des Troupes aérospatiales russes en état d’alerte renforcée suite aux tirs de missiles en Méditerranée, a annoncé mardi à Moscou le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov.
Le Système russe d’alerte aux missiles s’est montré efficace ce mardi en enregistrant le tir de deux engins balistiques en Méditerranée, selon lui. La Russie est prête « à toute action par toutes circonstances » grâce à une récente modernisation du système, a conclu M.Antonov.
Le radar russe d’Armavir a détecté le tir de deux missiles à 10h16 heure de Moscou (06h16 UTC). Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou en a informé le président russe Vladimir Poutine. Il s’est avéré plus tard qu’il s’agissait d’un test israélo-américain du système de défense antimissile.

Extrême nervosité dans la région

Le ministère israélien de la Défense a finalement admis avoir procédé, mardi 3 septembre, en Méditerranée, en liaison avec les États-Unis, à un test grandeur réelle de la dernière version de son système de défense anti-missile Arrow III. Washington et Jérusalem avaient dans un premier temps démenti toute implication après l'annonce par la Russie qu'elle avait détecté que deux missiles balistiques avaient été tirés en Méditerranée « en direction de la côte est », ce qui avait pu laisser croire qu'une frappe contre la Syrie avait été déclenchée.

Israël a affirmé que l'exercice de mardi matin s'est déroulé avec succès. Il consistait dans le tir, depuis un chasseur F-15, d'un missile cible « sparrow » qui simule un tir ennemi suivi d'un tir d'interception par le système Arrow III, dont la mission est de le détruire en vol. Apparemment donc rien qui contredise la première déclaration américaine selon laquelle « aucun missile n'a été tiré ce matin depuis un navire (américain) en Méditerranée ».

Extrême nervosité

À la différence du système Patriot, la version dernier cri d'Arrow, développée par Israël avec le soutien financier des États-Unis, est capable d'intercepter jusqu'à 5 missiles à courte ou moyenne portée tirés en salve. Il ne procède pas par impact direct mais en déclenchant une forte explosion à proximité de la cible.

Depuis plusieurs semaines, Israël se dit prêt à faire face « à toute éventualité » en cas de frappe militaire américaine contre la Syrie, y compris à des tirs de représailles sur son territoire qu'ils viennent de Syrie, d'Iran, ou du Hezbollah libanais.

Questionné aujourd'hui par « Le Figaro » sur une éventuelle riposte sur Israël en cas d'attaque contre la Syrie, le président Bachar al-Assad a refusé de dévoiler les intentions de Damas.

L'exercice de mardi matin, et surtout la manière dont il est porté à la connaissance du public, témoigne une fois de plus de l'extrême nervosité qui règne actuellement dans la région, même si le président américain Barack Obama a différé toute attaque contre la Syrie en attendant de consulter le Congrès, ce qui n'interviendra pas avant le 9 septembre.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Russie

Diplomatie

La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan

La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan

AFP

Amical: la Côte d'Ivoire plonge un peu plus la Russie dans le doute

Amical: la Côte d'Ivoire plonge un peu plus la Russie dans le doute

AFP

Libye: Haftar, l'homme fort de l'est libyen, parie sur la Russie

Libye: Haftar, l'homme fort de l'est libyen, parie sur la Russie

Etat

AFP

Crise au Togo: un mort de plus

Crise au Togo: un mort de plus

AFP

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

Les dessous du pacte de Lafarge avec le groupe Etat islamique en Syrie

AFP

Le revers du CHAN, symbole d'un football kényan en piteux état

Le revers du CHAN, symbole d'un football kényan en piteux état