mis à jour le

L'Afrique et ses

Un panel de haut niveau sur la problématique des « Etats fragiles ». L'idée est du groupe de la Banque Africaine de développement, la BAD ; et la rencontre se tient depuis le 2 septembre 2013 à Monrovia, au Libéria.

Donald Kaberuka et son équipe de la BAD sont persuadés qu'une nouvelle voie de prospérité existe pour un certain nombre d'Etats qui ont en commun d'être ou en guerre ou dans un processus de sortie de crise ou encore dans une situation de remise en cause totale ou partielle de leur existence en tant qu'entité. Une définition qui, de toute évidence, pourrait bien cadrer avec la situation actuelle de biens de pays au profit desquels le séminaire est convoqué.

Prennent part à la rencontre des séminaristes venus de la République centrafricaine, des Comores, de la Côte d'Ivoire, de la République démocratique du Congo, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, de la Sierra Leone, de la Somalie, du Soudan du Sud, du Soudan, du Timor-Leste et du Togo.

Selon les estimations faites à ce sujet, le PIB de ces Etats ne représente que le tiers de celui qui est enregistré dans la majorité des pays africains. Alors même que paradoxalement ces pays regorgent d'importants potentiels sur le plan économique, énergétique...

Mais à y voir de plus près, tous les pays africains connaissent à quelques exceptions près, les mêmes tares et qui les rendent vulnérables. A commencer par cette difficulté à construire de vrais Etats nations, bâtis sur des socles démocratiques suffisamment solides et viables.

Conséquences, trop de remises en causes, une pauvreté qui ne recule pas et une instabilité grandissante. En d'autres termes ce séminaire aurait concerné tous les pays africains, qu'on n'aurait pas trouvé à redire.

Juvénal Somé

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes