mis à jour le

Le ministre de la Justice, Mohamed Charfi, affirme que l'exécution des mandats d'arrêt internationaux émis par le procureur général près la cour d'Alger, Belkacem Zeghmati, contre Chakib Khelil et neuf autres personnes impliquées dans l'affaire Sonatrach II, ne relève pas de la justice algérienne. «En tant que ministre de la Justice, je n'ai aucune information officielle à ce sujet. La justice émet des mandats d'arrêt, toutefois, la mise en ½uvre de la décision ne relève pas de son ressort, mais plutôt de celui des parties compétentes», précise-t-il. Pour rappel, le procureur près la cour d'Alger avait émis, en août dernier, des mandats d'arrêt internationaux contre neuf personnes, dont l'ex-ministre de l'Energie et des Mines, son épouse et ses deux fils ainsi que Farid Bedjaoui, neveu de l'ex-ministre des Affaires étrangères, Mohamed Bedjaoui.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien