mis à jour le

Retour sur les lieux de l'incendie dans la zone industrielle de Bordj Bou Arréridj

Des milliards de centimes de marchandises finies et de matières premières sont partis en fumée, dans l'incendie qui a ravagé, dimanche dernier, les dépôts de deux sociétés privées, Géant et Condor, dans la zone industrielle de Bordj Bou Arréridj. C'est l'un des incendies les plus désastreux qu'ait jamais connus la région. Comment l'incendie s'est-il déclaré dans les dépôts ? Dans l'après-midi de dimanche, à 14h49, les pompiers ont reçu un appel au secours pour un feu qui s'est déclenché à l'intérieur de l'Entreprise nationale d'approvisionnement en bois et dérivés (ENAB). Une fois sur place, les éléments de la Protection civile ont constaté que le feu s'est déclaré dans un dépôt loué par ces deux sociétés privées et contient du matériel électroménager. Ce qui a demandé la réquisition de gros moyens : 20 camions et plus de 120 pompiers. Selon nos informations, l'incendie est parti, du côté de Géant, d'une cuisinière et s'est propagé en quelques instants dans tout le hangar. Côté Condor, selon le patron, Benhamadi Abdelmalek, les ouvriers et des citoyens ont pu sauver le gros de la marchandise. «Les pertes sont estimées à 30% de la marchandise stockée», précise-t-il. Mais côté Géant, «les pertes sont à 100%», dira Mebarkia Abdelkrim, le parton de cette société. La Protection civile avait enregistré 18 victimes, dont 14 blessés légers et 4 ont inhalé de la fumée durant l'opération de sauvetage. Plusieurs facteurs ont provoqué une telle catastrophe. Des témoins ont raconté qu'il a fallu juste quelques minutes pour que le feu se propage. L'emballage et les produits en plastique ont facilité cette propagation rapide. Le manque d'eau dans la zone industrielle est aussi un facteur qui entrave directement les secours et les opérations de ce genre. Comment sont intervenus les secours ? Le manque d'issue de secours a obligé les pompiers et des volontaires à s'attaquer au mur extérieur du hangar à la hache et au rétrochargeur pour ménager d'autres ouvertures. Des équipes de secours de toute la wilaya ont, dans la foulée, été envoyées sur place. Le hangar n'était pas complètement aux normes. Selon un employé rencontré sur les lieux, le plan de prévention incendie avait expiré, les points d'eau ne fonctionnent pas. L'enquête devra déterminer si les mesures de sécurité minimum requises étaient appliquées. Selon nos sources, à l'heure où nous mettons sous presse, les responsables de la sécurité sont interrogés. Mais une chose est sûre, selon les deux patrons, le hangar est assuré. Notons que le hangar n'avait pas d'électricité, ce qui laisse penser à une cause humaine. L'enquête de police déterminera exactement les causes et les circonstances exactes de cet incendie. Rappelons que des incidents similaires, il y en a eu plusieurs ces dernières années. Citons l'incendie qui a eu lieu dans la nuit du 1er au 2 avril 2006, et qui avait ravagé en un clin d'½il l'usine de montage des téléviseurs Condor. Un responsable de l'unité avait alors estimé les dégâts à plus de 50 milliards de centimes.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

retour

AFP

Soudan du Sud: l'ex-chef de l'armée de retour

Soudan du Sud: l'ex-chef de l'armée de retour

AFP

Afrique du Sud: un proche de Zuma fait son retour

Afrique du Sud: un proche de Zuma fait son retour

AFP

Soudan: L'otage français libéré samedi de retour au Tchad

Soudan: L'otage français libéré samedi de retour au Tchad