mis à jour le

Algérie: le FFS boycotte l’ouverture du Parlement

Le Front des Forces Socialistes (FFS), principal parti d’opposition en Algérie, a boycotté, lundi, l’ouverture de la session d’automne du Parlement pour protester contre “le dictat du fait majoritaire” au niveau de l’institution législative.

“Cette décision est motivée par l’immobilisme, les dysfonctionnements et le dictat du fait majoritaire au niveau du Parlement, alors que la crise institutionnelle larvée et l’affaiblissement de l’Etat font courir un vrai danger à l’intégrité territoriale et à l’indépendance nationale avec le risque de vivre les mêmes événements tragiques que les pays de la région”, explique le parti dans un communiqué mis en ligne sur internet.

Tout au long de l’année écoulée, ajoute la même source, les Parlementaires du FFS “ont à plusieurs reprises dénoncé les dysfonctionnements notamment la présence des représentants du gouvernement aux délibérations des commissions et l’exclusion du FFS de toute participation aux organisations internationales regroupant les parlementaires”.

Le FFS déplore “l’absence de débat ou d’information de la part du gouvernement sur des questions qui engageaient la sécurité et l’avenir du pays” et “la restriction des compétences législatives, budgétaires et fiscales des assemblées”, comme c’est le cas “dans les pays de tradition démocratique ancrée”.

Qualifiant de “préoccupante” la situation dans le pays, en ce sens que “les différents pouvoirs ne fonctionnent pas normalement”, le parti d’opposition estime qu’il est “de l’intérêt national de ne pas se résoudre à une transition réglée dans la continuité du régime actuel et de s’atteler à la reconstruction d’un consensus national pour une alternative démocratique”.

L’ouverture de la session d’automne à l’Assemblée populaire nationale (APN, chambre basse du Parlement) a été marquée par l’absence de son président, Mohamed Larbi Ould Khelifa. Une allocution a été lue en son nom par le vice-président Aliel Hamel.

L’APN devra débattre, durant cette session, de plusieurs projets de lois, dont la loi de finances 2014, l’activité audiovisuelle et les mines. Le texte sur l’audiovisuel devra “susciter l’intérêt de toutes les instances concernées et prendra en compte les profonds changements que connaît le secteur”, a affirmé M. Ould Khelifa dans son discours d’ouverture.

LNT

Crédits MAP

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

FFS

La rédaction

FFS : les victimes des événements survenus en Algérie entre 1963 et 1965 considérées comme des chahids

FFS : les victimes des événements survenus en Algérie entre 1963 et 1965 considérées comme des chahids

La rédaction

MAP

FFS : Les Algériens "sont conscients aujourd'hui que le statu quo politique est intenable" dans le pays

FFS : Les Algériens "sont conscients aujourd'hui que le statu quo politique est intenable" dans le pays

parlement

AFP

Egypte: docile, le Parlement résiste rarement

Egypte: docile, le Parlement résiste rarement

AFP

Libye: le Parlement refuse la confiance au gouvernement d'union

Libye: le Parlement refuse la confiance au gouvernement d'union

AFP

Tunisie: le Parlement retire sa confiance au gouvernement

Tunisie: le Parlement retire sa confiance au gouvernement